Le cancer se soigne de mieux en mieux et le taux de survie augmente chaque année. De ce fait, de plus en plus de patients sont amenés à reprendre leur vie de tous les jours et à retrouver leurs activités quotidiennes. Pourtant, ce n’est pas toujours facile lorsqu’on a subi un traitement lourd ou une chirurgie.

C’est dans ce contexte qu’intervient la physiothérapie qui se révèle une alliée précieuse pour aider les personnes atteintes de cancer à retrouver leur qualité de vie et leur autonomie.

Ariane Pomerleau est physiothérapeute depuis 2012 et elle connaît bien tous les défis des patients souffrant d’un cancer ou en rémission. Dans cet article, elle vous présente le rôle de la physiothérapie dans leur quotidien et vous parle de ses bienfaits sur la qualité de vie.

Cancer : que traite la physiothérapie ?

Précisons tout de suite que le professionnel de la physiothérapie ne traite pas le cancer. Son objectif principal est de permettre au patient de récupérer le maximum de ses capacités physiques après le traitement afin qu’il soit autonome et puisse poursuivre ses activités quotidiennes et ses loisirs.

Les problèmes sur lesquels le professionnel de la physiothérapie peut intervenir sont nombreux. Il est cependant important de mentionner qu’ils ne seront pas forcément vécus par tous les patients.

Ces problèmes sont principalement dus aux conséquences de traitements comme la chimiothérapie, la radiothérapie ou encore une intervention chirurgicale.

Voici un aperçu des problèmes qui peuvent alors survenir :

  • Un lymphœdème
  • Des adhérences cicatricielles qui causent une limitation du mouvement
  • De la douleur (et douleur chronique)
  • De la fatigue (et fatigue chronique)
  • Des raideurs musculaires et articulaires
  • Une perte de masse musculaire due à la sédentarité du patient
  • De mauvaises postures et la crainte de bouger
  • Une perte d’autonomie
  • Des pertes d’équilibre et vertiges
  • De l’incontinence et des douleurs pelviennes

La physiothérapie présente à chaque étape du traitement

En fonction des symptômes et de la condition du patient, le professionnel de la physiothérapie peut intervenir à différents stades du traitement. Ses interventions varient beaucoup et diffèrent d’un individu à l’autre.

Avant

Avant le traitement

D’un point de vue préventif, le professionnel de la physiothérapie peut être amené à voir le patient avant qu’il commence son traitement. Il l’aidera alors à préparer son corps pour diminuer les risques de blessures ou de douleurs.

Par exemple, il peut arriver que le patient doive garder son bras en l’air (en élévation) pendant son traitement de radiothérapie. Le professionnel de la physiothérapie doit alors s’assurer que le patient a l’amplitude nécessaire pour effectuer ce mouvement et le répéter facilement tout au long du traitement.

Pendant

Pendant le traitement

Selon la condition du patient, le professionnel de la physiothérapie peut également intervenir pendant le traitement. Il aide alors à soulager la douleur et à prévenir certaines blessures ainsi que le déconditionnement.

Après

Après le traitement

Le rôle le plus important du professionnel de la physiothérapie se situe certainement après le traitement du patient. Il s’assure que ce dernier a les capacités pour reprendre ses activités quotidiennes et il le soutient dans cette démarche. Il l’éduque et le rassure.

Cancer : comment la physiothérapie aide-t-elle le patient ?

Le professionnel de la physiothérapie peut intervenir sur plusieurs plans auprès de son patient.

Soulager et traiter

En premier lieu, le professionnel de la physiothérapie peut aider à soulager certaines conditions de son patient comme la douleur ou encore les raideurs musculaires et articulaires dues à des adhérences cicatricielles ou encore à de mauvaises positions prises pendant le traitement ou à la suite de la chirurgie. Il a alors recours à différentes modalités de traitement comme les techniques de thérapie manuelle, la thérapie myofasciale, le traitement des tissus mous (techniques de massage), etc. Il peut également enseigner un programme d’exercices à son patient pour favoriser la récupération à long terme.

Pour les pertes d’équilibre et les vertiges, la rééducation vestibulaire s’avère très efficace pour comprendre la source du problème et le résoudre. Quant à la rééducation périnéale et pelvienne, elle peut être très efficace dans le traitement de l’incontinence et des douleurs pelviennes.

Éduquer

Les professionnels de la physiothérapie qui pratiquent auprès de patients atteints d’un cancer privilégient ce qu’on appelle « l’autoprise en charge », c’est-à-dire l’autonomie du patient dans son traitement. Le professionnel de la physiothérapie passe donc du temps à éduquer et à sensibiliser son patient afin qu’il soit capable de mettre en place des mécanismes qui l’aideront au quotidien à maintenir son autonomie (gestion de la douleur, bonne posture, etc.). La compréhension des problèmes et de leurs origines est très importante pour permettre au patient de reprendre le contrôle de sa vie et d’adopter le bon comportement.

Accompagner et rassurer

Le professionnel de la physiothérapie est également très présent lorsque le patient retourne à ses activités quotidiennes, qu’il s’agisse d’activités professionnelles, récréatives ou encore sportives. Il prend alors en considération la condition de son patient et ses limites. Qu’ils soient en période de traitement ou en rémission, les patients ont souvent besoin d’être rassurés quant à leurs capacités. Les conseils du professionnel de la physiothérapie sont là pour leur permettre de rester actifs.

Le point de vue du professionnel de la physiothérapie en oncologie

Le professionnel de la physiothérapie n’est jamais seul et fait toujours partie d’une équipe de professionnels de la santé (médecin, oncologue, chirurgien, radiologue, ergothérapeute, diététiste, etc.) qui interviennent sur différents plans. C’est un travail d’équipe interdisciplinaire et chaque rayon de cette grande roue est indispensable pour le bon rétablissement du patient.

Le professionnel de la physiothérapie qui travaille en oncologie doit toujours regarder son patient dans sa globalité et doit être attentif à sa condition et à l’évolution de son traitement. La prudence et l’écoute sont donc de mises auprès de cette clientèle, car le traitement doit être sécuritaire avant tout.

Enfin, la physiothérapeute Ariane Pomerleau mentionne que les patients atteints d’un cancer font souvent preuve d’une grande volonté d’aller de l’avant. Ils sont donc habituellement attentifs et assidus dans leur traitement.

Ariane Pomerleau est physiothérapeute depuis 2012. En 2012, elle suit sa première formation en oncologie et physiothérapie. Par la suite, elle continue d’approfondir ses connaissances dans ce domaine grâce à de nombreuses formations et conférences nationales et internationales. Elle s’intéresse à tous les aspects du cancer afin de répondre aux besoins des patients atteints de ces maladies.

Toujours à l’affût des dernières données, elle travaille aujourd’hui en collaboration avec la Fondation québécoise du cancer, l’Université Laval , la Maison Michel Sarrazin et les Centres de maladies du sein pour venir en aide aux patients atteints de cancer, quel qu’il soit. Elle pratique au sein de la clinique Apex Physio Val-Bélair, où elle est chef de la division oncologie.

Veuillez noter que les informations proposées dans cet article représentent les opinions de professionnels de la physiothérapie reconnus pour leur expérience et leurs compétences dans le domaine. Ces propos ne doivent cependant pas être considérés comme une position officielle de l’Ordre sur un sujet donné. Si vous souhaitez participer à la réalisation d’un de nos prochains articles de blogue, nous vous invitons à nous écrire à communications@oppq.qc.ca.