Le vertige est un phénomène fréquent qui touche de nombreuses personnes chaque année, quel que soit leur âge ou leur sexe. Souvent confondu avec les étourdissements, le vertige a des causes bien spécifiques qu’il est intéressant de connaître et de comprendre.

Nathalie Savard est physiothérapeute depuis 1991 et enseignante universitaire dans ce domaine. Cette passionnée de rééducation vestibulaire vous propose donc d’en apprendre plus sur les différentes causes de vertiges, mais surtout sur l’efficacité des traitements en physiothérapie.

Vertiges et étourdissements : quelle est la différence ?

uand on parle de vertige, il peut être difficile de mettre des mots sur ce que l’on ressent, particulièrement quand il s’agit de faire la différence entre un vertige et un étourdissement.

Le terme « vertige » vient du mot latin « verter » qui signifie tourner. Une sensation giratoire doit donc être présente lorsqu’on parle de vertige. Cette sensation, qui peut être très intense, s’apparente à celle que vous pouvez éprouver dans un manège qui tourbillonne beaucoup, « ça tourne ».

Selon la pathologie, les manifestations des vertiges peuvent être très différentes. Certains vertiges sont très intenses et n’arrivent qu’une seule fois alors que d’autres vertiges se manifestent de façon épisodique sur plusieurs mois ou années.

L’étourdissement, quant à lui, est davantage perçu comme un état d’ébriété (sensation d’être sous l’effet de l’alcool) ou une sensation de tangage, comme sur un bateau. Ce phénomène, que la littérature appelle « faux vertige », est lié à des causes très différentes du vertige et ne se traite pas de la même façon.

Comprendre les causes des vertiges pour mieux les traiter

Les causes associées aux vertiges sont nombreuses et peuvent avoir différentes origines. La plus connue demeure le vertige positionnel paroxystique bénin (détachement des cristaux dans l’oreille interne) qui est aussi l’une des causes les plus bénignes. Il y a aussi les problèmes qui surviennent à la suite d’une infection de l’oreille interne, comme la labyrinthite et la névrite, ou des affections d’origines diverses comme la maladie de Ménière, le neurinome acoustique et la fistule.

Occasionnellement, l’origine d’un vertige peut être liée à un manque d’apport sanguin au niveau d’une partie du cerveau, lequel peut causer un accident vasculaire cérébral. Ce type de vertiges est généralement accompagné d’un ou de plusieurs autres symptômes tels que des vomissements, de la difficulté à se tenir debout ou encore des maux de tête violents.

Bons réflexes

Il vaut mieux prévenir que guérir !

Lorsque vous vivez un épisode de vertige intense pour la première fois, il est primordial de consulter immédiatement un professionnel de la santé afin d’éliminer la possibilité d’un accident vasculaire cérébral. Dans une telle éventualité, le fait d’intervenir rapidement aura une influence directe sur le niveau de récupération et les séquelles qui peuvent s’ensuivre. Cette mise en garde est valable, quel que soit votre âge ou votre état de santé.

Enfin, plusieurs autres pathologies peuvent être associées aux vertiges. Dans ce cas, l’ensemble des symptômes ressentis et un bilan de santé complet de la personne, réalisé par divers spécialistes de la santé, permettent généralement de statuer sur la cause du problème.

La physiothérapie et les vertiges : un allié efficace pour traiter certains problèmes

Malgré l’évidence de son efficacité dans plusieurs cas, la physiothérapie ne peut pas traiter toutes les causes de vertige. Le vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB) et les vertiges associés à une infection de l’oreille interne sont toutefois des pathologies où faire la rencontre d’un professionnel de la physiothérapie peut être grandement bénéfique.

Le vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB) : un problème souvent… bénin

Pour comprendre l’origine du vertige positionnel (VPPB), il faut savoir que nos oreilles s’apparentent à un système de tuyauterie. Elles sont composées de canaux (3 canaux à gauche et 3 canaux à droite) remplis d’un liquide. Pour des raisons encore méconnues, il peut arriver que des particules (cristaux) de la paroi se détachent et se dispersent dans le liquide de l’oreille touchée. Le détachement de ces cristaux provoque des vertiges lorsque la personne bouge, se couche, change de position, etc. C’est ce que l’on appelle un vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB).

La première chose à savoir, c’est que le VPPB est justement un problème bénin. Bien qu’il ne puisse pas être prévenu, certaines méthodes thérapeutiques s’avèrent très efficaces pour le traiter rapidement.

Le professionnel de la physiothérapie formé en rééducation vestibulaire est l’un des professionnels de la santé les plus qualifiés pour traiter ce type de vertige. Une fois qu’il a identifié dans quel canal les particules se promènent et dans quelle partie précise elles se situent, il utilise différentes techniques de repositionnement (ou libératoires).

Ces techniques ont pour objectif de diriger les cristaux vers un réservoir (appelé utricule) où ils seront détruits naturellement par le corps. Les résultats peuvent être immédiats, même si la personne est aux prises avec le problème depuis plusieurs années.

Il est important de préciser que le VPPB ne provoque pas de douleur et n’altère pas l’audition. Si ces symptômes s’ajoutent au vertige, il est important de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une autre affection seule ou encore combinée au VPPB.

Le vertige et l’infection de l’oreille interne : un problème qui se traite

Une infection de l’oreille interne (labyrinthite, névrite, etc.) est une autre cause fréquente de vertige. Le problème survient à la suite d’une infection qui attaque certains composants de l’oreille interne, entraînant ainsi une destruction partielle ou totale. Le vertige peut être l’une des conséquences de cette destruction.

Il n’est malheureusement pas possible de prévenir des vertiges liés à une infection de l’oreille interne. De saines habitudes de vie sont toujours préférables afin de limiter la contamination par des virus, mais il est impossible de se prémunir contre toutes les infections.

Le professionnel de la physiothérapie formé en rééducation vestibulaire est l’un des professionnels de la santé les plus aptes au Québec à prendre en charge ces vertiges. Selon son champ de compétences, il ne peut traiter l’infection elle-même (virus), mais il interviendra rapidement afin de limiter les dommages collatéraux et les pertes fonctionnelles.

L’évaluation d’un vertige à la suite d’une infection de l’oreille interne

Pour savoir si vous souffrez de vertiges liés à une atteinte de l’oreille interne, le professionnel de la physiothérapie ne regardera pas dans votre oreille, pour la simple et bonne raison que le problème se situe de l’autre côté du tympan. Il utilisera plutôt vos yeux pour tenter de comprendre d’où vient la problématique.

L’oreille est connectée aux muscles de l’œil par des connexions neurologiques. De ce fait, lorsqu’elle est affectée, l’atteinte se manifeste aussi par des mouvements précis et incontrôlables de l’œil, appelés le nystagmus. Selon la direction du nystagmus, le professionnel de la physiothérapie sera capable de statuer sur la nature du problème (périphérique ou central) et sur la pertinence d’assurer un suivi médical avec d’autres spécialistes.

Le traitement d’un vertige à la suite d’une pathologie de l’oreille interne

Les affections de l’oreille peuvent toucher une seule oreille ou plus rarement les deux oreilles.

Lors d’une perte de la fonction vestibulaire, le professionnel de la physiothérapie doit enseigner au cerveau comment pallier ce manque afin que la personne retrouve ses capacités fonctionnelles. On appelle ce phénomène la plasticité cérébrale, soit la capacité du cerveau à remodeler ses circuits nerveux en fonction des expériences et des apprentissages.

Un exemple pour mieux comprendre

Pour expliquer ce phénomène, Mme Savard prend l’exemple du pédalo. 
« Lorsque vous êtes dans un pédalo pour deux personnes, vous avez un pédalier de chaque côté. Ces pédaliers sont les équivalents de l’oreille interne droite et de l’oreille interne gauche. Si une personne pédale plus rapidement que l’autre, le pédalo tournera en rond et vous n’irez nulle part. Vous devez alors prendre en main le gouvernail afin de compenser et de guider le pédalo. »

Quand l’atteinte touche l’oreille interne, cela signifie que l’un des pédaliers ne fonctionne pas bien. Votre système nerveux central, le gouvernail, est alors généralement capable de compenser ce déséquilibre afin de vous permettre de reprendre vos activités normalement.

Cet exemple démontre que votre système nerveux (cerveau) est tout à fait capable de compenser un déficit de votre oreille interne.

L’intervention du professionnel de la physiothérapie est très efficace en la matière. Il met en place un programme d’exercices très spécifique en fonction du type d’atteinte, tout en tenant également compte des autres systèmes impliqués dans la récupération. Ce cheminement s’apparente à un processus d’apprentissage. L’objectif est de retrouver une fonctionnalité complète et les résultats sont souvent au rendez-vous !

Mme Savard est physiothérapeute depuis 1991. D’abord mordue d’orthopédie, cette professionnelle passionnée a été amenée à s’intéresser aux vertiges et aux étourdissements dans le cadre de sa pratique auprès d’une clientèle aux prises avec des migraines ou des maux de tête.

Elle a alors suivi une formation de M. Alain Godbout en 1999 et s’est découvert une véritable passion pour la rééducation vestibulaire qu’elle pratique aujourd’hui depuis plus de 15 ans. Au fil des années, sa curiosité et son engouement l’ont poussée à continuer à se former dans ce domaine (au Québec, aux États-Unis, en Europe, etc.) et à donner de nombreuses conférences sur le sujet au Québec et en Europe.

Aujourd’hui, elle pratique au sein d’une clinique privée, Apex Physio, où elle vient en aide à une clientèle présentant des problèmes vestibulaires ou d’équilibre ayant des causes diverses (atteinte de l’oreille interne, migraine, commotion cérébrale, atteinte centrale, etc.).

Veuillez noter que les informations proposées dans cet article représentent les opinions de professionnels de la physiothérapie reconnus pour leur expérience et leurs compétences dans le domaine. Ces propos ne doivent cependant pas être considérés comme une position officielle de l’Ordre sur un sujet donné. Si vous souhaitez participer à la réalisation d’un de nos prochains articles de blogue, nous vous invitons à nous écrire à communications@oppq.qc.ca.