Le risque de chute chez les personnes âgées constitue une source réelle d’inquiétude, et pour cause, près de 33 % des personnes âgées de 65 ans et plus vivant à domicile ont déjà chuté. Les chutes sont malheureusement un élément déclencheur conduisant à un placement précoce en hébergement.

Pourtant, plusieurs moyens de prévention facilement accessibles existent et permettent de diminuer considérablement les risques de chutes. Hélène Corriveau, physiothérapeute depuis 1981 et professeur à l’école de réadaptation de l’Université de Sherbrooke, livre plusieurs informations intéressantes sur le phénomène, ainsi que de précieux conseils de prévention.

Les principales causes de chutes

Il y a trois principales catégories de facteurs de chute:

  • L’individu (perte de force musculaire au niveau des membres inférieurs, prise de plus de trois médicaments, perte de vision, hypotension artérielle, etc.).
  • L’environnement (escalier dangereux, armoires au-dessus de la cuisinière, tapis non-fixé, etc.).
  • Le comportement (témérité, impulsivité, etc.).

En général, les facteurs liés à l’individu et à l’environnement sont plus simples à contrôler et à améliorer. En prévention des chutes, les professionnels de la physiothérapie travaillent davantage l’équilibre et à renforcer les membres inférieurs des individus.

Au niveau des facteurs comportementaux, le travail d’équipe est primordial afin de cibler les situations qui rendent les personnes à risque de chuter et les rendre conscientes de leurs limites.

Les conséquences d’une chute

La chute d’une personne âgée peut entraîner un éventail de conséquences directes ou indirectes. Ces conséquences sont principalement d’ordre:

Traumatologique

Psychique

  • Anxiété
  • Insécurité
  • Démotivation
  • Perte de l’estime de soi

Hélène Corriveau mentionne que parmi tous les types de conséquences possibles, la peur de chuter est probablement la plus dommageable. En effet, la peur provoquée par une première chute entraine souvent une importante diminution des activités physiques et sociales. Cette diminution des activités engendre généralement une détérioration de la condition physique et de la santé psychologique pouvant mener à d’autres problèmes de santé.

Les faits

Chez les 65 ans et plus, de 10 à 15% des chutes sont considérées comme sérieuses. Chaque année au Québec, ces chutes représentent environ 16 000 hospitalisations. Parmi l’ensemble des chutes causant une blessure, 70 % ont lieu à domicile.

Risque de chute chez les personnes âgées: les moyens de prévention du 

Plusieurs méthodes ont fait leur preuve pour prévenir les risques d’une première chute ou pour minimiser les chances de récidive à la suite d’un premier incident.

  • Renforcement des jambes: Par le biais d’exercices proposés par le physiothérapeute, la personne âgée solidifie à moyen ou long terme le bas de son corps, ce qui l’aide à prévenir les blessures en cas de chute.
  • Développement de l’équilibre: Selon Mme Corriveau, le tai-chi est une méthode reconnue à travers le monde pour améliorer l’équilibre, mais surtout pour prévenir les chutes. Selon les études, une personne âgée pratiquant le tai-chi voit ses chances de chuter diminuer d’environ 13 %.
  • Évaluation des sources potentielles de chute au domicile: En effectuant quelques aménagements, il est possible de diminuer grandement les risques de chutes (jusqu’à 20 %), particulièrement chez les gens atteints de troubles de vision.
  • Chirurgie des cataractes (premier œil): Une telle chirurgie entraine une diminution des chutes de l’ordre de 37 %.
  • Prise de suppléments alimentaires: La prise de supplément de vitamine D (800ui) en combinaison avec un supplément de calcium (1200mg / jour) contribue à diminuer le nombre de chutes de 20 %.
  • Révision de la médication: Une révision complète de la médication par un professionnel de la santé peut aussi aider à réduire les risques de chute de 27 %.

Il existe différents programmes d’entrainement préventif gratuits un peu partout au Québec. Parmi ceux-ci, Hélène Corriveau mentionne le Programme Pied (Programme intégré d’équilibre dynamique), visant les personnes de 65 ans et plus préoccupées par leur équilibre et par les risques de chute. Ce programme réalisé en communauté est gratuit, disponible dans toutes les régions du Québec et se déroule sur une période de douze semaines à raison de deux fois par semaine.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un moyen de prévention en soi, il est important d’apprendre aux personnes âgées à se relever du sol, car cet apprentissage augmente leur confiance lors de la pratique d‘une activité. Voici un visuel qui démontre bien la marche à suivre.

Risque de chute chez les personnes âgées schéma

Chaque année, un grand nombre de personnes âgées se blessent en chutant. Les intervenants en physiothérapie jouent un rôle essentiel en prodiguant des interventions ciblées et en donnant des informations pertinentes à nos aînés et à leurs familles. Ces interventions contribuent à maintenir l’autonomie des personnes âgées et à prolonger leur vie à domicile.

De son côté, la famille exerce un rôle de motivateur dans la réadaptation. Il est important de se souvenir que les résidences ne sont pas toujours la solution optimale.

Veuillez noter que les informations proposées dans cet article représentent les opinions de professionnels de la physiothérapie reconnus pour leur expérience et leurs compétences dans le domaine. Ces propos ne doivent cependant pas être considérés comme une position officielle de l’Ordre sur un sujet donné. Si vous souhaitez participer à la réalisation d’un de nos prochains articles de blogue, nous vous invitons à nous écrire à communications@oppq.qc.ca.