Les manipulations sont des techniques pouvant être utilisées en physiothérapie. Souvent associées au craquement, on remarque que beaucoup d’information circule à leur sujet et provoque de la confusion au sein du grand public. Nous verrons ici que les manipulations sont des techniques bien particulières qui comportent leurs avantages et leurs inconvénients.

Luis Cyr est physiothérapeute depuis 30 ans et membre de la Canadian Academy of Manipulative Physiotherapy (CAMPT). Il a également siégé au Comité des manipulations de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ) qui a pour mission de délivrer les attestations aux physiothérapeutes qui souhaitent pratiquer des manipulations.

Dans cet article, monsieur Cyr nous éclaire sur le rôle des manipulations en physiothérapie et nous apporte de précieux conseils afin de comprendre les avantages et les limites de cette technique.

Qu’est-ce qu’une manipulation ?

Avant de parler des manipulations, il est important de bien différencier la manipulation de la mobilisation. Une mobilisation désigne l’ensemble des mouvements manuels effectués par les professionnels de la physiothérapie. Ainsi, même si nous avons tendance à dire que le physiothérapeute nous manipule, il serait plus juste de dire qu’il nous mobilise. La manipulation, quant à elle, est une technique de traitement utilisée parmi d’autres comme l’étirage musculaire, le renforcement ou encore l’assouplissement. Elle demande cependant des connaissances bien particulières et doit être pratiquée par des professionnels dument qualifiés afin d’être sécuritaire et efficace.

D’un point de vue technique, une manipulation consiste en un mouvement de petite amplitude, mais très rapide (haute vélocité). Elle intervient à la fin de la mobilisation d’une articulation (fin du mouvement).

Pour le patient, la manipulation sera perçue comme une action sur laquelle il n’aura aucun contrôle. Lors d’une manipulation, c’est le physiothérapeute qui garde le contrôle de la technique et de la position du patient jusqu’à la fin. Cette technique est donc différente des mobilisations, plus douces, où le patient pourra décider de manifester son inconfort ou sa douleur pendant la mobilisation. Le professionnel adaptera alors le mouvement en conséquence.

La manipulation et le craquement

Dans certains cas, il est possible d’entendre un son quand le physiothérapeute pratiquera la manipulation. Ce son (craquement) signifie que les surfaces de l’articulation se sont séparées avant de revenir à leur état initial. Les causes de ce son ne sont pas encore totalement expliquées par la communauté scientifique. L’hypothèse la plus probable serait la présence d’azote (gaz) dans le liquide qui lubrifie l’articulation. Lorsque les surfaces de l’articulation se séparent, ce gaz passe de l’état liquide à l’état gazeux ce qui produit un son semblable à un craquement.

Ce craquement est très significatif pour les patients, qui l’interprètent souvent comme une preuve de réussite du traitement. Cependant, le craquement n’est pas obligatoire dans une manipulation, puisque certaines d’entre elles resteront silencieuses alors que d’autres produiront un craquement. Le son n’est donc pas en lien avec la réussite de la technique.   

L’utilité des manipulations en physiothérapie

Dans le cadre d’un traitement en physiothérapie, les manipulations seront utilisées quand on observe une limitation du mouvement. La manipulation aura alors pour objectif de redonner à l’articulation sa mobilité optimale. Il est cependant important de mentionner que toutes limitations de mobilité ne peuvent pas être manipulées.

On compte deux types de manipulations :

  • Les manipulations vertébrales, qui regroupent toutes les manipulations pratiquées au niveau de la colonne vertébrale.
  • Les manipulations périphériques, qui regroupent toutes les manipulations pratiquées au niveau des articulations des membres (coudes, poignets, chevilles, etc.).

Il est important de rappeler que la manipulation ne sera jamais la seule technique utilisée dans un traitement de physiothérapie. Elle fait toujours partie de l’ensemble d’un traitement et interviendra à la suite d’une évaluation. Elle sera souvent suivie d’autres techniques de mobilisation ou d’exercices.

Qui peut pratiquer des manipulations ?

Au Québec, seules trois catégories de professionnels sont autorisées légalement à pratiquer des manipulations :

  • les physiothérapeutes qui détiennent une attestation à cet effet ;
  • les chiropraticiens ;
  • les médecins.

Manipulations et physiothérapie : quels sont les risques ?

Comme tout traitement médical, les manipulations comportent des risques plus ou moins graves. Elles peuvent causer des réactions inflammatoires, ce qui pourrait signifier qu’elles n’étaient pas indiquées ou que le mouvement était trop fort. Cette réaction, qui peut être ressentie comme une entorse, n’aura que très peu de conséquences à long terme et disparaitra quelques jours après le traitement.

Les conséquences les plus graves sont rencontrées au niveau des manipulations de la région cervicale et peuvent aller de la paralysie jusqu’à la mort. Ces risques sont, entre autres, dus à l’endommagement de l’artère vertébrale qui passe à travers les vertèbres du cou. La plupart des cas de paralysie et de mortalité semblent être causés par l’utilisation d’un certain type de manipulations que les physiothérapeutes ont remplacées par des techniques plus sures.

Ainsi, malgré leur efficacité, les manipulations doivent être pratiquées de façon sécuritaire afin de protéger le public. C’est pourquoi, une attestation a été mise en place pour les physiothérapeutes qui souhaitent pratiquer des manipulations. Le Comité de l’OPPQ évalue les demandes de chaque professionnel afin de s’assurer que sa technique est réglementaire et sécuritaire.

Le physiothérapeute doit alors prouver qu’il a les capacités de faire des manipulations et qu’il les effectuera de façon sécuritaire.  

Conseils d’un physiothérapeute

En conclusion, monsieur Cyr vous donne quelques conseils si vous devez subir des manipulations dans le cadre d’un traitement en physiothérapie.

  • Assurez-vous de tenir votre physiothérapeute informé de toute évolution de votre état de santé.
  • N’hésitez jamais à parler avec votre physiothérapeute si vous n’êtes pas à l’aise avec le traitement ou encore si vous ressentez de l’inconfort ou de la douleur.
  • Vous devez d’abord donner votre consentement. Avant de pratiquer une manipulation, le physiothérapeute doit vous parler du traitement et de ses conséquences. Vous devez alors donner votre consentement oral ou écrit, en fonction du type de manipulations. En cas de doute ou d’incompréhension, n’hésitez donc pas à lui poser vos questions. Vous pouvez également demander une démonstration de la technique afin d’être à l’aise avec cette dernière et de donner votre consentement en toute quiétude.

Veuillez noter que les informations proposées dans cet article représentent les opinions de professionnels de la physiothérapie reconnus pour leur expérience et leurs compétences dans le domaine. Ces propos ne doivent cependant pas être considérés comme une position officielle de l’Ordre sur un sujet donné. Si vous souhaitez participer à la réalisation d’un de nos prochains articles de blogue, nous vous invitons à nous écrire à communications@oppq.qc.ca.