Dernière mise à jour: 14 juillet 2020

En contexte de pandémie, les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique (T.R.P.) qui exercent dans le secteur privé s’adaptent constamment pour continuer de prendre soin de la santé physique de la population.

Pascal Gagnon, physiothérapeute et président de la Fédération des cliniques de physiothérapie du Québec (FCPQ), explique comment les professionnels de la physiothérapie combinent deux impératifs: limiter la propagation du virus de la COVID-19 tout en continuant d’offrir des soins de physiothérapie de qualité à la population.

Mi-mars 2020 – 31 mai 2020

Conformément aux lignes directrices émises par les instances gouvernementales et l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ), les cliniques privées de physiothérapie et les professionnels qui dispensent des soins à domicile traitent en personne uniquement les patients dont les problèmes urgents ne se prêtent pas à une consultation à distance (téléréadaptation).

À compter du 1er juin 2020

Les professionnels de la physiothérapie peuvent traiter en personne l’ensemble de leurs patients. Les professionnels et les patients doivent suivre des consignes strictes pour se protéger du virus et éviter toute contamination.

La téléréadaptation continue d’être fortement encouragée lorsqu’elle est possible.

Pascal Gagnon
Pascal Gagnon, physiothérapeute depuis 20 ans et président de la Fédération des cliniques de physiothérapie du Québec depuis 6 ans

Depuis le début de la pandémie, on parle beaucoup de consultations de physiothérapie à distance ou téléréadaptation. Comment cela se passe-t-il?

Depuis la mi-mars, la principale adaptation que les professionnels de la physiothérapie ont réalisée a été d’offrir à la grande majorité de leur clientèle des services de téléréadaptation.

On parle ici de consultations de physiothérapie à distance, souvent réalisées par visioconférence, dont l’apport est comparable à une séance en personne.

Parmi les interventions que les professionnels peuvent effectuer de cette manière, on trouve, par exemple, l’évaluation initiale du patient, l’enseignement de techniques d’automobilisation, la démonstration ou la correction d’exercices, la correction posturale, et l’accompagnement du patient, qui inclut notamment la discussion de ses préoccupations et des facteurs qui pourraient limiter sa progression. 

Était-il courant d’avoir recours à la téléréadaptation avant la pandémie?

Cela faisait deux ans que l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec proposait un cadre de référence pour cette autre façon de dispenser des soins.

La pandémie a joué un rôle de catalyseur et la transition s’est bien faite. Les professionnels de la physiothérapie se sont adaptés à vitesse grand V. Ils ont acquis un vrai savoir-faire et proposé des séances à distance d’un grand bénéfice pour les patients, auxquels ils ont même dispensé des soins urgents par ce biais.

Sait-on combien de consultations ont été réalisées par le biais de la téléréadaptation depuis le début de la pandémie?

On estime que quelques centaines de milliers de séances de téléréadaptation ont eu lieu depuis le début de la pandémie à la mi-mars 2020. Ce sont des chiffres astronomiques qui soulignent le potentiel de ce mode de prestation des soins qui, nous le souhaitons, continuera de se développer.

Téléréadaptation

Éviter la propagation du virus de la COVID-19 est une priorité pour les professionnels de la physiothérapie. En clinique et lors des soins à domicile, quelles mesures sont mises en place pour protéger les patients?

Pour réduire au maximum le risque de contamination en clinique et lors des soins à domicile, les professionnels de la physiothérapie vont observer scrupuleusement les directives établies par les autorités de santé publique.

COVID-19: quelles mesures sanitaires s’appliquent aux patients?

En accord avec les directives gouvernementales, l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec a émis des consignes destinées aux patients qui reçoivent un traitement en personne dans une clinique de physiothérapie ou dans le cadre de soins à domicile. Notamment:

  • se présenter seul ou avec un accompagnateur au maximum
  • porter un masque ou un couvre-visage
  • répondre en toute transparence à un questionnaire permettant d’évaluer son risque de contagion
  • adopter les mesures sanitaires de la clinique (par exemple, lavage de main à l’arrivée et au départ)

Plus d’informations pour les patients

À quoi les patients doivent-ils s’attendre à leur retour en clinique de physiothérapie?

En conformité avec les consignes sanitaires, plusieurs changements sont mis en place pour prévenir la contamination dans les cliniques. Les équipements de traitement sont désinfectés entre chaque consultation, par exemple. 

Les patients trouveront aussi des salles d’attente configurées de manière à respecter les exigences en matière de distanciation physique. Lorsque la salle d’attente est trop petite, les patients seront dirigés directement vers la salle de traitement.

Pascal Gagnon est physiothérapeute, président et directeur général de Physio Extra, un réseau de 25 cliniques de physiothérapie, et président de la Fédération des cliniques de physiothérapie du Québec. Il est conférencier à l’Université de Montréal et à l’Université de Sherbrooke dans le domaine de la gestion des cliniques privées.