Ski de fond : un sport qui vous veut du bien

Sports |

Ski de fond

Ski de fond – source de l’image : www.pixabay.com

Pratiqué par plus de 100 000 adeptes au Québec [1], le ski de fond est sans nul doute l’un des sports incontournables de notre hiver québécois. Cette activité familiale ou solitaire permet au skieur, aussi appelé fondeur, d’évoluer sur des terrains plats ou vallonnés à travers de somptueux paysages hivernaux. Néanmoins, comme beaucoup de sport de glisse, le ski de fond comporte son lot de risques et de blessures et doit donc être pratiqué avec certaines précautions.

Dans ce premier article, Nicolas Spiroux, physiothérapeute chez Physioactif, nous présente les bienfaits et les risques liés à la pratique du ski de fond.

Les deux styles de ski de fond

Pour bien comprendre les bienfaits — mais aussi les risques — liés à la pratique du ski de fond, il est important de mentionner qu’il existe deux styles de pratique : le style classique et le style patin. Le choix de pratiquer un style plutôt qu’un autre déterminera l’équipement, le choix du terrain, l’intensité de l’effort et le type de blessures possibles pour le fondeur.

Le style classique

Le style classique se pratique sur des pistes damées ou en hors-piste. Le fondeur déplace alors ses skis de l’avant vers l’arrière comme s’il voulait marcher sur la neige. Le corps est placé vers l’avant pour faciliter la propulsion et les skis restent toujours parallèles.

Le style patin

Le style patin permet au skieur de prendre plus de vitesse. Le fondeur se déplace à la manière des patineurs et se propulse en poussant ses skis vers l’extérieur.

Les avantages du ski de fond

Le ski de fond possède de nombreux avantages qui en font un sport très complet. Considéré comme l’un des meilleurs sports d’endurance, il sollicite grandement le système cardiovasculaire et favorise la circulation sanguine. L’utilisation de l’ensemble du corps pour se propulser (dont les membres supérieurs) augmenterait l’endurance cardiorespiratoire des adeptes de cette discipline. De plus, elle pourrait être recommandée aux personnes souffrant de problèmes vasculaires.

Notons également que le ski de fond implique moins d’impact sur le corps que d’autres sports de même intensité comme la course à pied. Cette activité est d’ailleurs une excellente solution de rechange pour les passionnés de course qui souhaitent maintenir leur niveau d’activité pendant l’hiver ou adopter une activité en parallèle.

Enfin, la pratique régulière du ski de fond améliorerait la densité osseuse.

Les blessures les plus courantes

Bien que le ski de fond ne soit pas considéré comme le sport d’hiver le plus dangereux, les risques de blessures sont tout de même présents. Pour être précis, il existe deux grandes catégories de blessures rencontrées chez les fondeurs :

Les blessures de surutilisation

Touchant principalement la région du dos et les membres inférieurs (genoux, cheville, orteils, etc.) les blessures dites de « surutilisation » sont dues à la répétition d’un mauvais mouvement, lui-même causé par une mauvaise technique ou un équipement mal ajusté. Il peut s’agir d’une tendinite, d’une lombalgie, d’un syndrome fémoro-rotulien, etc. Les blessures touchant plus particulièrement le dos sont souvent rencontrées chez les skieurs pratiquant le style classique, car cette technique nécessite un mouvement important du dos pour la propulsion.

Ski de fond - Blessures_lombaires

Les blessures traumatiques

Ces blessures sont souvent dues aux chutes et touchent principalement les membres inférieurs et supérieurs. Le skieur peut alors souffrir d’une fracture, d’une contusion, d’une entorse ligamentaire ou encore d’une déchirure. Ces blessures sont plus souvent observées chez les fondeurs qui prennent beaucoup de vitesse (par exemple lors de la descente de côtes) causant ainsi une perte de contrôle pouvant mener à une chute.

De plus, la vélocité peut avoir un impact sur la technique du skieur, l’obligeant ainsi à compenser ailleurs pour aller plus vite sans respecter une technique adéquate.

Les risques dus aux conditions climatiques

Comme tous les sports pratiqués à l’extérieur pendant la saison hivernale, le ski de fond comporte certains risques liés à la température et aux dures conditions hivernales.

La déshydratation

La sensation de soif se faisant moins ressentir que pendant l’été, il est possible pour le sportif qui pratique une activité physique dans le froid de souffrir de déshydratation. Il est donc important de boire régulièrement pendant l’activité même si l’on a moins soif.

L’hypothermie

Le froid, le vent, les vêtements humides, voire mouillés à cause de la transpiration, et même la fatigue peuvent provoquer de l’hypothermie. La température corporelle s’abaisse anormalement ce qui peut devenir dangereux pour le skieur s’il ne se réchauffe pas rapidement.

Les engelures

L’exposition prolongée au froid et à l’humidité peut provoquer des engelures sur les extrémités du corps (mains, doigts, pieds, oreilles, etc.). Les parties du corps touchées deviennent alors plus rouges et des plaques blanches peuvent alors apparaitre. Il est important de les réchauffer rapidement pour éviter des complications.

Ski de fond : les personnes à risque

Même si le ski de fond est un sport relativement sécuritaire comparativement aux autres sports de glisse, certaines personnes devront le pratiquer avec précaution pour éviter des complications dues à leur état de santé.

Ainsi, les personnes souffrant de faiblesses au niveau du dos (lombaire) ou ayant été victimes d’une blessure grave qui les aurait fragilisées doivent pratiquer le ski de fond avec parcimonie. Les mouvements répétitifs de cette activité peuvent avoir un impact là où elles sont vulnérables et les obliger à compenser avec d’autres parties du corps, causant ainsi un déséquilibre. Leur fragilité pourrait également causer une mauvaise stabilisation musculaire, augmentant les risques de chutes et de blessures. Il peut alors leur être conseillé de commencer progressivement puis d’augmenter graduellement l’intensité et le temps de la randonnée.

Les personnes souffrant de problèmes cardiaques devraient également faire preuve de vigilance et bien monitorer leur effort (opter pour des pistes faciles, faire des pauses régulières, etc.).

En conclusion, même si le ski de fond (comme de nombreux sports de glisse) comporte son lot de risques, il n’en reste pas moins un sport aux nombreux avantages. Dans notre prochain article, vous pourrez découvrir les conseils du physiothérapeute Nicolas Spiroux pour une saison de ski de fond réussie !

[1] Source : Print Measurement Bureau, Portrait des adeptes du ski de fond (2009) http://veilletourisme.ca/2009/12/15/portrait-des-adeptes-du-ski-de-fond/


Retour à tous les articles »

Veuillez noter que les informations proposées dans cet article représentent les opinions de professionnels de la physiothérapie reconnus pour leur expérience et leurs compétences dans le domaine. Ces propos ne doivent cependant pas être considérés comme une position officielle de l’Ordre sur un sujet donné.

Si vous souhaitez participer à la réalisation d’un de nos prochains articles de blogue, nous vous invitons à nous écrire à communications@oppq.qc.ca.

Vous pourriez également être intéressé par: