Physiothérapie et implant cochléaire

20 Août 2010

Plusieurs physiothérapeutes nous ont contactés afin d’obtenir de
l’information sur les restrictions dans leur pratique lorsque leur
client est porteur d’un implant cochléaire. Puisque certains
traitements peuvent entraîner un bris de l’implant cochléaire, nous
jugeons utile de transmettre les recommandations à tous les
physiothérapeutes.

Débutons par une brève explication du fonctionnement de l’implant
cochléaire. L’implant cochléaire est composé d’une partie interne et
d’une partie externe. La partie interne est insérée sous la peau
derrière l’oreille lors d’une chirurgie, et elle comprend un aimant, un
stimulateur et un porte-électrodes qui est inséré dans la cochlée. La
partie interne n’est pas apparente, mais il est possible de localiser le
stimulateur au toucher derrière l’oreille, légèrement vers le haut.
Pour sa part, la partie externe comprend un processeur vocal et une
antenne qui est aussi munie d’un aimant permettant le contact avec la
partie interne. Lorsque les stimuli sonores sont captés par le
microphone du processeur, il y a transformation du son en impulsions
électriques, stimulant ainsi le nerf auditif qui envoie l’information au
cerveau.

Notre équipe travaille actuellement avec trois manufacturiers d’implants
cochléaires : Advanced Bionics, Cochlear et Med-El. Nous avons déjà
consulté ces trois compagnies à plusieurs reprises en ce qui concerne
les traitements utilisés en physiothérapie. Bien entendu, des
restrictions s’appliquent lorsqu’un usager est porteur d’un implant
cochléaire en raison de la composition de la partie interne et du
fonctionnement de l’implant cochléaire (ex : électrodes, aimant). Dans
tous les cas, la partie externe de l’implant cochléaire doit être
retirée durant le traitement :

Les traitements suivants ne doivent pas être administrés dans la région de la tête et du cou : diathermie
par ultrasons, TENS, courant interférentiel, thérapie par ultrasons,
lithotripsie (ondes de chocs). Il n’y a donc pas de contre-indications à
utiliser ces traitements en bas des épaules.

Les traitements suivants sont interdits car ils peuvent entraîner un bris de l’implant cochléaire : diathermie
par ondes courtes, diathermie par micro-ondes et traitements par
magnétisme. Le porteur d’implant cochléaire ne doit en aucun cas être
exposé à de forts champs électromagnétiques ou à des niveaux élevés de
courant électrique.

– Les traitements manuels (ex : traction cervicale, massage, chaleur, froid) ne sont pas contre-indiqués. Toutefois, il ne faut pas appliquer de force mécanique directement sur le site de l’implant cochléaire.

Si vous êtes en présence d’une nécessité médicale et qu’en raison de ces
restrictions, vous ne pouvez pas traiter votre client convenablement,
n’hésitez pas à contacter un membre de l’équipe du programme québécois
pour l’implant cochléaire au 418-691-5420. Plus de détails à propos des
spécifications de l’appareil utilisé peuvent nous aider à mieux vous
conseiller en collaboration avec le manufacturier d’implants
cochléaires.

Julie Lamothe
Audiologiste
Programme québécois pour l’implant cochléaire
CHUQ – Hôtel-Dieu de Québec