Développement et soutien professionnels
Par Sandy Sadler, pht Directrice du développement et du soutien professionnels

Par Sandy Sadler, pht
Directrice du développement et du soutien professionnels

UN PROJET POUR FAVORISER UNE PRATIQUE BASÉE SUR LES DONNÉES PROBANTES 

Aujourd’hui, dans l’univers de la physiothérapie, il faut vraiment vivre sur une autre planète pour ne jamais avoir entendu parler de la pratique basée sur les données probantes. Pratique basée sur les faits scientifiques, pratique factuelle, pratique basée sur les évidences scientifiques : ce sont tous des synonymes qui définissent une pratique professionnelle utilisant de façon consciencieuse, explicite et judicieuse les meilleures données scientifiques disponibles pour la prise de décision concernant les soins à prodiguer aux clients1.

ddspLes données probantes répondent à un souci moderne des professionnels qui se tournent de plus en plus vers les sciences et la recherche pour soutenir leurs décisions cliniques. La tradition, l’essai et l’erreur, les interprétations subjectives et l’intuition ont ainsi moins d’emprise sur les décisions relatives aux soins.

La pratique basée sur les données probantes est un processus qui se déroule en quelques étapes1 :

  1. Établir une liste de questions pertinentes à propos du cas clinique concerné.
  2. Trouver, à l’aide de recherches dans différentes bases de données, les évidences scientifiques qui répondent à vos questions.
  3. Évaluer de façon critique les évidences scientifiques trouvées.
  4. Intégrer ces preuves au processus de décision.
  5. Évaluer les répercussions de la décision sur la pratique.

Il est vrai cependant que les connaissances qui reposent sur des faits scientifiques ont parfois des limites et qu’il existe des zones grises entre les preuves et des situations cliniques particulières. C’est pourquoi une pratique basée sur l’expérience clinique demeure pertinente de nos jours, dans la mesure où elle est alliée à une pratique basée sur les données probantes.

Vous soutenir dans l’intégration des données probantes

 Il va sans dire que la pratique basée sur les données probantes ne peut qu’être encouragée par l’Ordre puisqu’elle permet de rehausser la qualité des services de physiothérapie rendus à la population. Le Code de déontologie des physiothérapeutes et des thérapeutes en réadaptation physique en fait également mention à son article 6 en stipulant que « le membre doit exercer sa profession selon les normes généralement reconnues par la science et la pratique de la physiothérapie ».

L’Ordre convient toutefois qu’il n’est pas toujours facile pour tous les membres d’intégrer cette pratique à leur réalité. En effet, plusieurs facteurs peuvent avoir une influence sur l’utilisation d’une approche basée sur les données probantes : lourde charge de travail, isolement de certains cliniciens, accès limité aux bases de données, temps disponible restreint et lacunes sur le plan des habiletés des cliniciens pour faire de la recherche et poser un jugement critique sur les résultats de recherche en sont des exemples.

Avec l’intention de soutenir les membres dans leurs efforts d’intégrer les données probantes, l’Ordre inaugurera donc sur son site Internet un espace réservé à cette pratique. Divisé en quatre sections, cet espace répondra aux conditions reconnues comme gagnantes pour soutenir la pratique basée sur les faits scientifiques. Nous sommes heureux de vous présenter ces conditions dans cette chronique.

1. Se former et actualiser ses connaissances

SECTION 1 – Répertoire de formations concernant la pratique basée sur les données probantes

 Le développement des habiletés nécessaires pour poser des questions pertinentes selon le modèle PICO ou PICR et pour effectuer des recherches dans les bases de données implique de s’exercer fréquemment et, si possible, d’être accompagné d’experts. Pour que vous puissiez naviguer plus aisément dans ce paradigme qu’est la pratique basée sur les données probantes, l’Ordre a recensé dans cette section de nombreuses formations en ligne offertes par différents organismes, dont plusieurs gratuites, que vous pouvez suivre et comptabiliser dans votre portfolio de développement des compétences.

2. Une question d’accessibilité

SECTION 2 – Répertoire de bases de données

 De nombreux cliniciens n’ont pas facilement accès aux bases de données et aux données scientifiques. Conscient de ce contexte, l’Ordre a dressé une liste de bases de données, dont plusieurs sont accessibles gratuitement, et les présente dans cette section. Mentionnons que la base de données gratuite de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec contient un bon nombre de périodiques pertinents à la pratique physiothérapique. L’Ordre, en collaboration avec d’autres partenaires du système professionnel, travaille d’ailleurs étroitement avec cet organisme afin que celui-ci développe une base de données plus garnie et plus conviviale pour les professionnels.

3. Des données scientifiques déjà analysées par des experts

SECTION 3 – Répertoire de ressources scientifiques transférables à la pratique

 Parfois, le temps manque et l’évaluation critique des évidences scientifiques est une étape qui ne peut être réalisée aussi rigoureusement que prévu. Heureusement, différents outils et documents existent qui présentent aux cliniciens des données sous une forme plus facile à transférer à la pratique clinique. Cet espace regroupe donc des ressources de ce type pour les professionnels de la physiothérapie.

4. Échanger pour se développer

SECTION 4 – Répertoire de communautés de pratique

Finalement, pour intégrer des données scientifiques à votre pratique, il n’y a rien de mieux que les riches échanges que vous pouvez avoir avec collègues et experts. C’est dans cet esprit que l’Ordre met à votre disposition, dans cette dernière section, un répertoire de communautés de pratiques pertinentes à votre pratique.

Nous espérons que ce projet de soutien professionnel permettra aux physiothérapeutes et aux thérapeutes en réadaptation physique de mieux appuyer leur pratique professionnelle sur des données probantes. Nous vous encourageons à consulter cet espace dès le début de l’année 2016 !

 


1 Sackett, D., et coll. Evidence-Based Medicine: How to Practice and Teach EBM, 2e édition, Édimbourg, Churchill Livingstone, 2000.