Chronique des récipiendaires

Melissa Turner, pht
Candidate, M. Sc. en sciences de la réadaptation
École de réadaptation, Faculté de médecine
Université de Montréal
Physiothérapeute
Hôpital de Montréal pour enfants
Centre universitaire de santé McGill, Directeurs de recherche : Dr Dany Gagnon, pht, Ph. D. et Dre Isabelle Gagnon, pht, Ph. D.

Quantification de l’équilibre debout chez les enfants et adolescents ayant survécu à une tumeur cérébrale de la fosse postérieure

En raison des progrès dans le traitement des tumeurs cérébrales pédiatriques, les enfants et les adolescents survivent plus longtemps après l’annonce de ce diagnostic (1). C’est pourquoi l’on s’intéresse de plus en plus au devenir à long terme de cette population. Plusieurs domaines tels que la cognition, les besoins médicaux, la performance scolaire et, dans une moindre mesure, la performance motrice ont été explorés chez les enfants et adolescents survivant à une tumeur cérébrale (2, 3). Dans la pratique clinique en physiothérapie, nous observons que le maintien de l’équilibre en position debout représente un défi pour plusieurs de ces enfants et adolescents, sans pouvoir s’appuyer sur des données empiriques claires. Malgré un intérêt grandissant pour la question du devenir des survivants à une tumeur cérébrale pédiatrique, l’évaluation de leur équilibre est souvent négligée.

LES OBJECTIFS DE NOS TRAVAUX ÉTAIENT : 1) d’examiner la littérature portant sur l’équilibre chez les survivants de tumeur cérébrale pédiatrique; 2) de comparer l’équilibre debout et la qualité de vie entre les survivants et un groupe témoin; et 3) d’examiner l’association entre l’équilibre debout et la qualité de vie chez les survivants.

MÉTHODOLOGIE

recipiendairesPour répondre au premier objectif, une analyse structurée de la littérature a été complétée. Les mots-clés « neoplasm », « psychomotor control » et « postural balance » ont été combinés pour une recherche dans cinq bases de données différentes (Medline, CINAHL, PsycINFO, EMBASE et PEDro). Les titres et abrégés des articles ont été examinés pour leur pertinence selon des critères prédéterminés. Les articles inclus dans l’analyse ont été classés selon les critères du Oxford Centre for Evidence-Based Medicine Levels of Evidence (4).

Une étude transversale comparant l’équilibre debout et la qualité de vie entre un groupe de survivants à une tumeur cérébrale pédiatrique de la fosse postérieure et un groupe d’enfants et adolescents sains a ensuite été réalisée avec l’approbation du Comité d’éthique de la recherche de l’Hôpital de Montréal pour enfants du Centre universitaire de santé McGill.

Participants : Un groupe expérimental de six enfants ou adolescents ayant survécu à une tumeur cérébrale ont été recrutés à la Clinique de neuro-oncologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Les participants, âgés de 5 à 18 ans, devaient avoir complété avec succès depuis au moins 6 mois un traitement neurochirurgical, radio-oncologique ou de chimiothérapie pour une tumeur cérébrale de la fosse postérieure et devaient pouvoir se tenir debout sans aide pendant une minute pour être admissibles à cette étude. Un groupe témoin a été apparié aux enfants et adolescents survivants selon l’âge et le genre. Le consentement et l’assentiment des participants et de leurs parents ont été obtenus avant le début de l’étude.

Collecte de données : Lors de l’évaluation, le poids et la taille des enfants de même que leurs amplitudes articulaires, la force musculaire des membres inférieurs ainsi que la sensibilité des pieds furent mesurés. L’évaluation de l’équilibre fut effectuée à l’aide du Bruininks-Oseretsky Test of Motor Proficiency-2nd edition (BOT-2) et du Pediatric Balance Scale (PBS) (5, 6). Finalement, tous les enfants et leurs parents ont rempli le Pediatric Quality of Life Inventory (PedsQL4.0) (7).

Analyses statistiques : Pour comparer les résultats de l’équilibre debout ainsi que la qualité de vie entre les deux groupes, mesurés à partir des outils cliniques, des tests U de Mann-Whitney ont été effectués. L’association entre les différentes mesures d’équilibre et celles de la qualité de vie a été vérifiée avec des coefficients de corrélation de Spearman.

RÉSULTATS

Notre recension de la littérature a montré que les survivants d’une tumeur cérébrale pédiatrique présentent des troubles de l’équilibre. Cependant, les limites méthodologiques des études nous empêchent de conclure de manière définitive sur les répercussions de ces difficultés. On note parmi les limites des écrits recensés l’insuffisance de recherches axées sur le cadre clinique, l’absence d’évaluations de l’équilibre dynamique et, finalement, le manque d’études visant à expliquer comment les troubles d’équilibre affectent les survivants dans la vie quotidienne. [Pour plus de détails, veuillez consulter l’article publié dans l’European Journal of Cancer Care (8).]

Le projet de recherche clinique a donné plusieurs résultats intéressants. Six survivants de tumeurs cérébrales de la fosse postérieure (tous des garçons, diagnostiqués entre 4 et 11 ans) ont été recrutés pour participer à cette étude. Pour ce qui est de la performance lors des mesures cliniques de l’équilibre, les scores au PBS étaient similaires pour les deux groupes et ont montré un effet plafond important. Par contre, la sous-échelle d’équilibre du BOT-2 a révélé une différence significative dans les capacités d’équilibre debout entre les deux groupes (p=0,004). Les survivants présentaient une capacité d’équilibre sous la moyenne comparativement au groupe témoin qui se trouve dans la moyenne selon les normes proposées par ce test.

La qualité de vie, mesurée par le PedsQL4.0, se situait parmi les valeurs normatives pour les deux groupes d’enfants et adolescents (7). De plus, les participants et leurs parents ont coté la qualité de vie de manière similaire. Pour explorer l’association entre la capacité d’équilibre et la qualité de vie, le BOT-2 a été utilisé, car le PBS a montré un effet plafond. Une bonne association (ρ= 0,715) a été quantifiée entre les scores dans le domaine physique du PedsQL4.0 et le BOT-2.

RETOMBÉS CLINIQUES

Les résultats de cette étude montrent que les enfants et adolescents ayant survécu à une tumeur cérébrale de la fosse postérieure présentent des troubles d’équilibre persistants. Cela suggère qu’un suivi à long terme en physiothérapie pourrait être nécessaire pour cette population. Par exemple, il pourrait être recommandé que tous les survivants de tumeurs cérébrales pédiatriques subissent un dépistage de leur capacité d’équilibre une fois leur traitement complété. Selon les résultats de la présente étude, la sous-échelle d’équilibre de BOT-2 pourrait être un outil sensible à utiliser. Même si les qualités psychométriques n’ont pas été étudiées dans cette population, le BOT-2 est un outil facile à administrer avec des valeurs normatives. Si ce dépistage révèle des difficultés d’équilibre chez un patient, une évaluation clinique ou en laboratoire plus complète et un plan d’intervention individualisé seraient indiqués.

Bien que les enfants et adolescents ayant survécu à une tumeur cérébrale de la fosse postérieure rapportent une qualité de vie comparable aux normes, les résultats de la présente étude suggèrent qu’une meilleure capacité d’équilibre debout pourrait être liée à de plus hauts scores du domaine physique de la PedsQL4.0. Ceci suggère que l’amélioration de l’équilibre debout des survivants serait bénéfique à leur qualité de vie. Il serait probablement utile de développer des programmes locaux et interdisciplinaires qui visent à suivre tous les survivants de tumeurs cérébrales pédiatriques afin de répondre à leurs besoins en réadaptation à long terme.

LIMITES

La limite la plus évidente de cette étude est le petit nombre de sujets recrutés. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, mais de toute façon, des résultats significatifs ont été obtenus. Mentionnons comme autres limites que l’évaluation des participants n’a pas été faite à l’aveugle et que l’ébauche de cette étude transversale ne permettait pas d’étudier l’évolution de la capacité d’équilibre des survivants dans le temps.

CONCLUSIONS

Avec l’amélioration de la survie des enfants et adolescents ayant reçu un diagnostic de tumeur cérébrale, le devenir à long terme de cette population est un domaine émergent dans la recherche en réadaptation. Il existe peu d’écrits dans le domaine de la physiothérapie à propos de ces survivants. La présente étude confirme que les survivants de tumeurs cérébrales de la fosse postérieure présentent des troubles d’équilibre après la fin de leurs traitements. Malgré cela, leur qualité de vie demeure normale lorsque comparée aux normes et la capacité d’équilibre semble liée à ces scores. À l’avenir, il serait essentiel d’entreprendre des études longitudinales et multicentriques pour avoir un portrait plus complet des effets secondaires des traitements médicaux sur les enfants et adolescents ayant survécu à une tumeur cérébrale. L’ajout de mesures obtenues à l’aide d’une plateforme de force dans un contexte clinique (par ex. : Balance Master, Biodex, console WiiFit, etc.) mériterait également d’être considéré.

REMERCIEMENTS

Je souhaite remercier l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec ainsi que la Faculté de médecine de l’Université de Montréal pour leur soutien financier sous forme de bourse.


1. Canadian Cancer Society. Canadian Cancer Statistics 2011, Toronto, Canadian Cancer Society’s Steering Committee on Cancer Statistics, 2011.
2. Armstrong GT. « Long-term survivors of childhood central nervous system malignancies: the experience of the Childhood Cancer Survivor Study », European Journal of Paediatric Neurology, 2010;14(4):298-303. PubMed PMID: 20110182. Pubmed Central PMCID: 2885448. eng.
3. Packer RJ, Gurney JG, Punyko JA, Donaldson SS, Inskip PD, Stovall M, et al. « Long-Term Neurologic and Neurosensory Sequelae in Adult Survivors of a Childhood Brain Tumor: Childhood Cancer Survivor Study », Journal of Clinical Oncology, 2003;21(17):3255-61.
4. Howick J, Chalmers I, Glasziou P, Greenhalgh T, Heneghan C, Liberati A, et al. The Oxford 2011 Levels of Evidence, Oxford Center for Evidence-Based Medicine, 2011 [cité 15 août 2011] consulté en ligne à http://www.cebm.net/index.aspx?o=5653.
5. Bruininks RH, Bruininks BD. BOT2: Bruininks-Oseretsky Test of Motor Proficiency : Manual, Minneapolis, Pearson Assessments, 2005.
6. Franjoine MR, Gunther JS, Taylor MJ. « Pediatric balance scale: a modified version of the berg balance scale for the school-age child with mild to moderate motor impairment », Pediatric Physical Therapy, 2003;15(2):114-28.
7. Varni JW, Burwinkle TM, Seid M, Skarr D. « The PedsQL™* 4.0 as a Pediatric Population Health Measure: Feasibility, Reliability, and Validity », Ambulatory Pediatrics, 2003;3(6):329-41.
8. Turner M, Gagnon D, Lagacé M, Gagnon I. « Effect of treatment for paediatric cancers on balance: what do we know? A review of the evidence », European Journal of Cancer Care, 2013;22(1):3-11.