Chronique étudiante

Les champs électromagnétiques pulsés : pertinents pour les patients atteints de fibromyalgie ?

PhysioQc Printemps-Été 2017 M-WindorPhysioQc Printemps-Été 2017 C Dubois ChalifouxPhysioQc Printemps-Été 2017 JL-Larochelle

(De gauche à droite) Monica Windsor, B. Sc., Programme de physiothérapie, École de réadaptation, Université de Montréal, Camille Dubois-Chalifoux, B. Sc., Programme de physiothérapie, École de réadaptation et Jean-Louis Larochelle, pht, Ph. D., Université de Montréal Programme de physiothérapie, École de réadaptation, Université de Montréal

La fibromyalgie est un syndrome de douleur chronique d’origine idiopathique principalement caractérisé par des points douloureux, tel que répertorié en 1990 par l’American College of Rheumatology (ACR)(1). Ce syndrome douloureux est généralement accompagné de symptômes secondaires tels que la fatigue et des troubles de l’humeur et de cognition(2). Un mauvais traitement de l’information sensorielle(3) ainsi qu’une centralisation de la douleur seraient en cause(4). La prévalence est de 3 %, affectant surtout les femmes(5,6). Puisqu’aucun traitement ne s’est avéré efficace, une approche multidisciplinaire adaptée aux symptômes de chaque patient est recommandée(7), mais le tiers des patients ne sont pas satisfaits des soins reçus(6). 

Les champs électromagnétiques pulsés de basse fréquence (CEMP) sont une modalité en émergence pour traiter la douleur dans les pathologies musculosquelettiques. Un champ électrique de basse fréquence en mouvement (<300 Hz) semble obtenir des effets sur la régulation cellulaire et ses modulateurs(8). Plusieurs études suggèrent que les CEMP diminueraient la douleur de maladies rhumatologiques(9,10) et neurologiques(11) comme le syndrome de douleur régionale complexe(12,13). Deux types d’applications sont utilisées : périphérique ou transcrânienne. La première crée un champ électromagnétique autour du corps entier ou de segments périphériques précis, alors que la deuxième induit ce champ par l’intermédiaire d’électrodes placées sur le cortex moteur primaire(14). Dans les deux cas, les CEMP agissent sur l’excitabilité cellulaire(15) et le transfert de charges des CEMP aux cellules n’est pas perceptible sur le plan sensoriel.

Récemment, les chercheurs se sont intéressés aux effets des CEMP de basse fréquence pour traiter la fibromyalgie, mais aucune recension systématique n’a été faite afin de guider la décision clinique des physiothérapeutes. Ainsi, l’objectif de cette revue systématique faite dans le cadre d’un projet dirigé était de déterminer l’efficacité à court, moyen et long terme des CEMP pour traiter la douleur, la fonction physique et les symptômes dépressifs en fibromyalgie.

Méthodologie 

Au total, huit bases de données ont été recensées (MEDLINE, Embase, Cinahl, PEDro, Google Scholar, Web of Science, Proquest et la bibliographie des études incluses) pour trouver des articles en français ou en anglais publiés en date du 21 décembre 2015. La recherche s’est faite à l’aide des mots-clés suivants : electromagnetic field, PEMF, ELF, transcranial magnetic stimulation, rTMS, TMS et fibromyalgia. Les critères d’inclusion étaient : diagnostic de fibromyalgie selon les critères de l’ACR ; essai clinique randomisé (ECR) ; CEMP en mode pulsé avec une fréquence ≤300 Hz pour le mode périphérique, CEMP avec une fréquence de <5 Hz pour le mode transcrânien et évaluation de la douleur, de la fonction ou des symptômes dépressifs. La sélection des études, l’extraction des données et l’évaluation ont été effectuées par deux évaluateurs indépendants. La qualité des études fut mesurée par l’échelle PEDro(16) et le niveau de preuve des résultats par l’approche GRADE(17).

Résultats

Au total, 310 études ont initialement été trouvées. L’exclusion de 280 études non pertinentes a laissé 30 articles complets pour évaluation. Du lot, 26 étaient inadmissibles (n=3 essais non randomisés, n=11 à haute fréquence, n=7 douleur non évaluée, n=4 champs électromagnétiques continus, n=1 population inadéquate). Quatre études répondaient aux critères de qualification pour un total de 140 participants, soient deux études avec une application CEMP périphérique (18,19) et deux études avec application CEMP transcrânienne (20, 21). Les résultats sont résumés au tableau 1. 

PhysioQc Printemps-Été 2017 Chronique étudiante Tableau

Douleur

À court terme, l’application périphérique de CEMP présente des résultats contradictoires ; une réduction cliniquement importante de la douleur est observée dans l’étude utilisant un dosage plus élevé(19), mais aucune différence n’est observée dans l’autre étude, qui a un dosage beaucoup plus faible(18). En application transcrânienne(20,21), les CEMP montrent une tendance à réduire davantage la douleur que le placebo. Peu importe le type d’application, les améliorations diminuent à moyen terme (8 semaines), puis disparaissent à long terme (20 semaines).

Fonction physique

En mode périphérique, les CEMP à dosage élevé(19) apportent des améliorations cliniquement importantes à court terme, comparativement au placebo, mais celles-ci diminuent à moyen terme (de 8 à 10 semaines). L’étude à faible dosage n’obtient aucune différence à court, moyen ou long terme(18). En mode transcrânien(20,21), les CEMP entraînent une amélioration supérieure à celle du placebo et pouvant demeurer cliniquement importante à moyen terme (>8 semaines).

Symptômes dépressifs

À court terme(19,21), les CEMP montrent une tendance à réduire davantage les symptômes dépressifs que le placebo, peu importe le mode, mais cet effet disparaîtrait à moyen terme (8 semaines).

Discussion

Cette revue systématique démontre, quoique avec un niveau de preuve très faible en comparaison avec le placebo, que l’utilisation de CEMP de basse fréquence entraîne l’amélioration de la douleur, de la fonction physique et des symptômes dépressifs à court terme chez les patients atteints de fibromyalgie, sans risque d’effets indésirables significatifs. Bien que cette amélioration puisse être cliniquement importante, elle ne persiste toutefois pas à moyen et long terme. De plus, il semble y avoir un effet doseréponse lors de l’application périphérique, suggérant que sans un dosage suffisamment élevé, l’état d’hyperexcitabilité des cellules caractérisant la fibromyalgie(22) se rétablirait trop rapidement et que l’effet des CEMP pourrait alors ne pas se produire ou se maintenir.

Notre revue met aussi en lumière le caractère novateur de la recherche sur les CEMP et la fibromyalgie. En effet, il n’y a pas encore d’étude ayant comparé les CEMP à d’autres interventions en physiothérapie ou ayant évalué l’effet additionnel des CEMP en combinaison à d’autres interventions recommandées pour la fibromyalgie.

Nos résultats suggèrent indirectement que les CEMP de basse fréquence sont équivalents, voire préférables à ceux de haute fréquence chez les patients atteints de fibromyalgie. En effet, une récente méta-analyse sur les CEMP transcrâniens de haute fréquence rapporte des améliorations mineures à court terme sur la douleur et la qualité de vie des patients atteints de fibromyalgie, sans toutefois réduire leurs symptômes dépressifs(23).

Recommandations concernant le traitement clinique

Nous ne recommandons pas d’emblée l’utilisation des CEMP de basse fréquence pour le traitement conventionnel de la fibromyalgie. Malgré les améliorations démontrées à court terme sur la fonction physique, la douleur et les symptômes dépressifs, ainsi que l’absence d’effets secondaires significatifs, ce traitement représente un fardeau thérapeutique élevé pour le patient, compte tenu de la fréquence des traitements et du coût y étant associé. De plus, le très faible niveau de preuve des améliorations possibles ainsi que l’absence de persistance de ces effets jouent en sa défaveur.

Si cette modalité devait toutefois être utilisée, nous recommanderions l’adoption des paramètres suivants afin de maximiser les chances de produire des améliorations cliniquement pertinentes : application périphérique sur matelas (plus simple que transcrânienne) avec une fréquence de 0,1 à 60 Hz, une intensité de 40μT, une durée de traitement de 30 minutes, deux fois par jour, pour un minimum de trois semaines. Il serait alors pertinent de discuter de l’achat ou du prêt de l’équipement avec le patient.

Recommandations concernant la recherche

Davantage d’ECR sont nécessaires afin de comparer les types d’application entre eux (périphérique vs transcrânien, basse vs haute fréquence), ainsi qu’avec d’autres interventions pour en préciser la pertinence et les paramètres d’utilisation.

Limites

Cette revue systématique n’inclut pas d’évaluation de la fatigue, un symptôme fréquemment rapporté chez les patients souffrant de fibromyalgie, mais non documenté dans la majorité des études incluses. Des données sur cet aspect pourraient mieux guider la décision clinique.

Conclusion

Il y a de faibles preuves que les CEMP peuvent avoir un effet bénéfique considérable sur la douleur, la fonction et les symptômes dépressifs à court terme chez les patients souffrant de fibromyalgie. Toutefois, cette modalité ne devrait pas être utilisée d’emblée, considérant l’absence de résultats à moyen ou long terme et le fardeau que cela représente pour le patient en temps et en argent.


Références
(1) Wolfe, F., H.A. Smythe, M.B. Yunus, R.M. Bennett, C. Bombardier, D.L. Goldenberg et coll. “The American College of Rheumatology 1990 Criteria for the Classification of Fibromyalgia. Report of the Multicenter Criteria Committee,” Arthritis and rheumatism, février 1990, vol. 33, no 2, p. 160-172. PubMed PMID: 2306288. Epub 1990/02/01.
(2) Mease, P., L.M. Arnold, E.H. Choy, D.J. Clauw, L.J. Crofford, J.M. Glass et coll. “Fibromyalgia syndrome module at OMERACT 9: domain construct,” The Journal of rheumatology, octobre 2009, vol. 36, no 10, p. 2318-2329. PubMed PMID: 19820221. Pubmed Central PMCID: Pmc3419373. Epub 2009/10/13.
(3) Clauw, D.J. “Fibromyalgia: an overview,” The American Journal of Medicine, décembre 2009, vol. 122, no 12 (supplément), p. S3-S13. PubMed PMID: 19962494. Epub 2010/01/09.
(4) Wolfe, F., D.J. Clauw, M.A. Fitzcharles, D.L. Goldenberg, R.S. Katz, P. Mease et coll. “The American College of Rheumatology preliminary diagnostic criteria for fibromyalgia and measurement of symptom severity,” Arthritis Care & Research, mai 2010, vol. 62, no 5, p. 600-610. PubMed PMID: 20461783. Epub 2010/05/13.
(5) McNally, J.D., D.A. Matheson, V.S. Bakowsky. “The epidemiology of self-reported fibromyalgia in Canada,” Chronic diseases in Canada, 2006, vol. 27, no 1, p. 9-16. PubMed PMID: 16672135. Epub 2006/05/05.
(6) Statistique Canada. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2015. En ligne au http://www23.statcan.gc.ca/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=3226.
(7) Fitzcharles, M.-A., P.A. Ste-Marie, D.L. Goldenberg, J.X. Pereira, S. Abbey, M. Choinière, et coll. “2012 Canadian Guidelines for the diagnosis and management of fibromyalgia syndrome: Executive summary,” Pain Research & Management : The Journal of the Canadian Pain Society, mai-juin 2013, vol. 18, no 3, p. 119-126. PubMed PMID: PMC3673928.
(8) Pesce, M., A. Patruno, L. Speranza et M. Reale. “Extremely low frequency electromagnetic field and wound healing: implication of cytokines as biological mediators,” Eur Cytokine Netw, mars 2013, vol. 24, no 1, p. 110 PubMed PMID: 23674517. Epub 2013/05/16.
(9) Ryang We, S., Y.H. Koog, K.I. Jeong et H. Wi. “Effects of pulsed electromagnetic field on knee osteoarthritis: a systematic review,” Rheumatology, Oxford, England, mai 2013, vol. 52, no 5, p. 815-824. PubMed PMID: 22504115. Epub 2012/04/17.
(10) Li, S., B. Yu, D. Zhou, C. He, Q. Zhuo, J.M. Hulme. “Electromagnetic fields for treating osteoarthritis,” The Cochrane Database of Systematic Reviews, 14 décembre 2013, Cd003523. PubMed PMID: 24338431. Epub 2013/12/18.
(11) Lappin, M.S., F.W. Lawrie, T.L. Richards et E.D. Kramer. “Effects of a pulsed electromagnetic therapy on multiple sclerosis fatigue and quality of life: a double-blind, placebo controlled trial,” Altern Ther Health Med, juillet-août 2003, vol. 9, no 4, p. 38-48. PubMed PMID: 12868251. Epub 2003/07/19.
(12) Pleger, B., F. Janssen, P. Schwenkreis, B. Volker, C. Maier et M. Tegenthoff. “Repetitive transcranial magnetic stimulation of the motor cortex attenuates pain perception in complex regional pain syndrome type I,” Neuroscience Letters, février 2004, vol. 356, no 2, p. 87-90. PubMed PMID: 14746870. Epub 2004/01/30.
(13) Picarelli, H., M.J. Teixeira, D.C. de Andrade, M.L. Myczkowski, T.B. Luvisotto, L.T. Yeng et coll. “Repetitive transcranial magnetic stimulation is efficacious as an add-on to pharmacological therapy in complex regional pain syndrome (CRPS) type I,” The Journal of Pain : Official Journal of the American Pain Society, novembre 2010, vol. 11, no 11, p. 1203-1210. PubMed PMID: 20430702. Epub 2010/05/01.
(14) Nizard, J., J.P. Lefaucheur, M. Helbert, E. de Chauvigny et J.P. Nguyen. “Non-invasive stimulation therapies for the treatment of refractory pain,” Discovery Medicine, juillet 2012, vol. 14, no 74, p. 21-31. PubMed PMID: 22846200. Epub 2012/08/01.
(15) Kovacic, P., et R. Somanathan. “Electromagnetic fields: mechanism, cell signaling, other bioprocesses, toxicity, radicals, antioxidants and beneficial effects,” J Recept Signal Transduct Res, août 2010, vol. 30, no 4, p. 214-226. PubMed PMID: 20509751.
(16) PEDro. Physiotherapy Evidence Database [consultée en 2016]. En ligne au http://www.pedro.org.au/.
(17) Guyatt, G., A.D. Oxman, E.A. Akl, R. Kunz, G. Vist, J. Brozek et coll. “GRADE guidelines: 1. Introduction GRADE evidence profiles and summary of findings tables,” Journal of clinical epidemiology, 2011, vol. 64, no4, p. 383-394.
(18) Ammer, K. “Pulsed magnetic field therapy in fibromyalgia: a randomised controlled study,” ResearchGate (www.researchgate.net), juillet 2014.
(19) Sutbeyaz, S.T., N. Sezer, F. Koseoglu et S. Kibar. “Low-frequency pulsed electromagnetic field therapy in fibromyalgia: a randomized, double-blind, sham-controlled clinical study,” Clinical Journal of Pain, 2009, vol.25, no 8, p. 722-728. PubMed PMID: 105249453.
(20) Lee, S.J., D.Y. Kim, M.H. Chun et Y.G. Kim. “The effect of repetitive transcranial magnetic stimulation on fibromyalgia: a randomized sham-controlled trial with 1-mo follow-up,” American Journal of Physical Medicine & Rehabilitation / Association of Academic Physiatrists, décembre 2012, vol. 91, no 12, p. 1077 1085. PubMed PMID: 23159954.
(21) Yagci, I., M. Agirman, D. Ozturk et B. Eren. “Is the transcranial magnetic stimulation an adjunctive treatment in fibromyalgia patients?” Turkiye Fiziksel Tip ve Rehabilitasyon Dergisi, septembre 2014, vol. 60, no 3, p. 206-211. PubMed PMID: 2014797274.
(22) Bradley, L.A. “Pathophysiology of Fibromyalgia,” The American Journal of Medicine, décembre 2009, vol. 122, no 12 (supplément), p. S22-S30.
(23) Knijnik, L.M., J.A. Dussan-Sarria, J.R. Rozisky, I.L. Torres, A.R. Brunoni, F. Fregni et W. Caumo. “Repetitive Transcranial Magnetic Stimulation for Fibromyalgia: Systematic Review and Meta-Analysis,” Pain Practice : the Official Journal of World Institute of Pain, mars 2016, vol 16, no 3, p. 294-304. PubMed PMID: 25581213. Epub 2015/01/13.