Chronique du clinicien
Clincien-2_auteur

Alain Yvan Bélanger, pht, Ph. D. Professeur titulaire retraité, Département de réadaptation, Université Laval

AGENTS ÉLECTROPHYSIQUES : REVOIR L’ENSEIGNEMENT ET LA PRATIQUE 

Les agents électrophysiques ont toujours été et demeurent aujourd’hui au coeur de la formation et de la pratique de la physiothérapie. Depuis quelques mois, je remarque que ceux-ci font l’objet d’une sérieuse remise en question, laquelle suscite une vive controverse dans la littérature scientifique1, 2, 3. Que reproche-t-on exactement aux agents électrophysiques ? Le principal reproche veut qu’il n’y ait que très peu d’évidences scientifiques démontrant la pertinence d’utiliser les agents électrophysiques et, qu’en fin de compte, ils soient souvent inefficaces au plan thérapeutique. Ce discours est-il réellement fondé sur le plan scientifique ? Je considère que non.

Dans la dernière édition de mon volume 4, j’ai répertorié et analysé la valeur scientifique et thérapeutique de plusieurs centaines d’études portant sur l’application des agents électrophysiques chez les humains. Mon analyse de la littérature démontre clairement que s’ils sont utilisés de façon judicieuse, les agents électrophysiques ajoutent grandement à l’efficience thérapeutique d’un plan d’intervention. Je vous invite à consulter les banques de données électroniques, comme PeDRO ou PubMed, pour rapidement découvrir plusieurs milliers d’articles scientifiques portant sur les agents électrophysiques. Chose certaine, cela démontre qu’il serait injustifié de continuer à évoquer le manque d’évidences scientifiques pour motiver une décision de réduire ou d’abandonner l’utilisation des agents électrophysiques dans notre pratique.

 Clinicien_2Que faire et comment le faire ?

L’histoire a souvent montré qu’il faut savoir profiter de ces périodes de controverse et de remise en question pour faire avancer les choses. Que faire pour finalement répondre à cette critique ? Comment valoriser la place des agents électrophysiques dans un plan d’intervention thérapeutique ?

Je crois sincèrement que l’une des meilleures façons de le faire serait de revoir l’enseignement sur les agents électrophysiques ainsi que l’utilisation que nous faisons de ceux-ci. Une telle révision m’apparaît essentielle afin d’établir 1) si notre enseignement repose avant tout sur les connaissances scientifiques et données probantes actuelles ; et 2) si nous faisons l’utilisation la plus judicieuse possible de nos agents électrophysiques. Examinons maintenant comment y parvenir.

Sur le plan de l’enseignement

L’enseignement devrait aller au-delà des notions techniques habituelles axées principalement sur les principes d’application et les éléments de sécurité qui s’y rapportent. Selon moi, l’enseignement devrait prioriser les éléments fondamentaux que sont la biophysique, la dosimétrie et les données probantes. Il faut enseigner comment prescrire, et non pas seulement comment appliquer les agents électrophysiques. Prescrire présuppose la sélection judicieuse du meilleur agent, la détermination et le calcul du dosage requis, le choix de la meilleure méthode d’application ainsi qu’une connaissance raisonnable des données probantes qui se rattachent aux différents agents. À titre d’enseignants, nous devrions nous poser les questions suivantes :

  • Pourquoi incluons-nous dans notre enseignement tel agent plutôt qu’un autre ?
  • Sur quel(s) critère(s) appuyons-nous présentement l’enseignement portant sur les agents électrophysiques ?
  • Qu’enseignons-nous de la biophysique, parfois complexe, des agents ?
  • Sur quelles bases scientifiques et cliniques enseignons-nous le processus de sélection des agents ?
  • Comment enseignons-nous la dosimétrie, un autre sujet parfois complexe, mais combien essentiel ?
  • Qu’enseignons-nous des méthodes d’application et de leurs effets sur les résultats ?
  • Qu’enseignons-nous des données probantes existantes par rapport à chacun des agents électrophysiques ?

Il ne fait aucun doute pour moi que la qualité d’un cours collégial ou universitaire passe avant tout par l’utilisation que fait l’enseignant de la littérature scientifique, c’est-à-dire des connaissances et des valeurs probantes disponibles. Une bonne façon de revoir notre enseignement serait de passer en revue chacun de nos cours afin de nous assurer de deux choses. Premièrement, que la table des matières relative à chacun des agents électrophysiques couvre les quatre thèmes suivants : biophysique, dosimétrie, méthode d’application et relevé des données probantes qui justifient d’enseigner l’utilisation de cet agent. Deuxièmement, que le contenu repose avant tout sur les dernières connaissances scientifiques et données probantes. Mesurer la valeur de nos cours par rapport aux connaissances scientifiques disponibles est la meilleure façon que je connaisse de rehausser la qualité de notre enseignement sur les agents électrophysiques.

Sur le plan de la pratique

 Pour le clinicien, il est primordial d’aller au-delà de l’application de l’agent électrophysique. Il faut se questionner davantage sur la raison de l’application. Pressés d’en arriver au traitement, plusieurs d’entre nous s’en remettent aux protocoles thérapeutiques développés par l’industrie. Machinalement, nous appuyons sur les boutons des appareils d’électrothérapie sans trop comprendre leur utilité ou leurs effets. Nous sélectionnons des protocoles et espérons obtenir certains effets thérapeutiques. Souvent déçus des résultats obtenus, nous proclamons alors que les agents électrophysiques sont inefficaces. Posons-nous les questions suivantes :

  • Sur quels critères avons-nous sélectionné cet agent plutôt qu’un autre ?
  • Quelle dose énergétique avons-nous utilisée et pourquoi ?
  • Comment l’avons-nous mesurée ou chiffrée ?
  • Avons-nous appliqué cet agent de façon optimale et au moment opportun ?
  • Comment avons-nous mesuré les effets thérapeutiques de cet agent ?
  • Que savons-nous des données probantes relatives à cet agent que nous venons d’utiliser ?

Revoir l’utilisation des agents électrophysiques comme clinicien implique de s’assurer d’en avoir fait l’utilisation la plus judicieuse possible. Cela suppose d’avoir choisi le meilleur agent, de l’avoir appliqué au moment le plus opportun et de connaître la dose énergétique qui devrait être livrée aux tissus mous.

Pour conclure

 Il est impossible de revoir le champ des agents électrophysiques si nous refusons de nous questionner en profondeur en regard de nos connaissances et de l’utilisation que nous en faisons. Pour ce faire, nous devons tous garder un esprit ouvert et éviter d’être sur la défensive devant ce questionnement. Tant et aussi longtemps que nous tous, enseignants et cliniciens, ne déciderons pas de revoir notre façon de faire, les agents électrophysiques continueront d’être une proie facile pour tous ceux et celles qui voudront bien les remettre en question. Posons-nous les vraies questions. Existe-t-il, aujourd’hui, suffisamment de données probantes pour justifier l’enseignement sur les agents électrophysiques et l’intégration de ceux-ci dans notre pratique ? La réponse est oui. Faisonsnous présentement le meilleur usage de ces données dans le cadre de notre enseignement et de notre pratique ? La réponse, malheureusement, est non. Est-il possible de faire davantage pour optimiser l’utilisation des agents électrophysiques ? Très certainement. Notre défi à tous est de démontrer, par le biais d’une telle révision, que nous sommes capables d’un enseignement axé avant tout sur les données probantes et d’une utilisation des agents thérapeutiques la plus judicieuse possible, de façon à tirer le maximum de bénéfices thérapeutiques pour nos patients.

 

 


1. White, N.T., A. Delitto, T.J. Manal et S. Miller. « The American Physical Therapy Association’s top five choosing wisely recommendations », Phys Ther, 2015, vol. 95, n° 1, p. 9-24.
2. Bélanger, A.Y., M.H. Cameron, S.L. Michlovitz, J.W. Bellew et L. Freeman. « On “The American Physical Therapy Association’s top five choosing wisely recommendations” White NT, Delitto A, Manal TJ, Miller S. Phys Ther », doi: 10.2522/ptj.20140287, Phys Ther, 2015, vol. 95, n° 1, p. 142-143.
3. Bjordal, J.M., O. Ronzio, G.D. Baxter et K.A. Sluka. « On “The American Physical Therapy Association’s top five Choosing Wisely recommendations” White NT, Delitto A, Manal TJ, Miller S. Phys Ther », doi: 10.2522/ptj.20140287, Phys Ther, 2015, vol. 95, n° 2, p. 275-278.
4. Bélanger, A.Y. Therapeutic Electrophysical Agents : Evidence Behind Practice, 3e éd., LWW, Baltimore, 2014.