Reprise des activités en cliniques de physiothérapie le 1er juin 2020

Dernière mise à jour: 25 mai 2020

Conformément aux annonces gouvernementales du 20 mai, les cliniques de physiothérapie et les services de soins de physiothérapie à domicile pourront dès le 1er juin traiter l’ensemble de leur clientèle en présentiel sous certaines conditions.

Protocole sanitaire à suivre

La procédure pour les activités cliniques en présentiel s’appliquera désormais à tous les soins et les services réalisés en présentiel.

Cette procédure vise à protéger les patients, les professionnels de la physiothérapie ainsi que leur entourage et continue d’être mise à jour en fonction des recommandations des instances gouvernementales et de santé publique.

Cliniques dont la porte ne donne pas sur l’extérieur

Après vérification auprès des instances gouvernementales, l’OPPQ confirme que les cliniques de physiothérapie dont la porte d’entrée ne donne pas sur l’extérieur pourront offrir des soins et services à leur clientèle.

Les clients seront autorisés à passer par les aires communes d’un édifice pour se rendre à la clinique dans la mesure où le bâtiment n’est pas un hôpital, un CHSLD ou encore une résidence pour personnes âgées.

Les soins d’urgence en physiothérapie ayant été jugés comme des services essentiels depuis le début de la période d’urgence sanitaire, vous devriez avoir accès à votre clinique où qu’elle se trouve.

Mesures d’assouplissement maintenues pour la téléréadaptation

Les professionnels peuvent décider de poursuivre les consultations par téléréadaptation et d’intégrer graduellement les soins en présentiel au-delà du 1er juin.

L’OPPQ n’impose pas la reprise des activités régulières et maintient les mesures d’assouplissement pour la téléréadaptation instaurées au début de la pandémie.

Lignes directrices en vigueur jusqu’au 1er juin

En attendant le 1er juin 2020, l’OPPQ maintient les lignes directrices en vigueur concernant les activités du milieu privé:

  • Privilégier l’utilisation de la téléréadaptation pour les cas qui s’y prêtent (cas urgents et non urgents)
  • Limiter les services en présentiel aux seuls cas urgents ne pouvant bénéficier de la téléréadaptation (dans le respect des consignes énoncées dans la procédure pour les activités cliniques réalisées en présentiel)
  • Reporter tout autre rendez-vous après le 1er juin