Le respect des mesures préventives: une obligation déontologique

L’OPPQ rappelle que le respect des lignes directrices en vigueur concernant les activités du milieu privé constitue une obligation déontologique.

Le 30 avril dernier, en conformité avec les consignes émises par les instances gouvernementales, l’OPPQ a prolongé jusqu’à nouvel ordre les mesures préventives encadrant les soins et les services dispensés par les cliniques privées de physiothérapie.

Lignes directrices en vigueur

  • Privilégier l’utilisation de la téléréadaptation pour les cas qui s’y prêtent (cas urgents et non urgents)
  • Limiter les services en présentiel aux seuls cas urgents ne pouvant bénéficier de la téléréadaptation (dans le respect des consignes énoncées dans la procédure pour les activités cliniques réalisées en présentiel)
  • Reporter tout autre rendez-vous jusqu’à nouvel ordre

Ce prolongement des mesures préventives s’est accompagné d’un élargissement bien délimité de la notion de soins urgents.

Protection du public

L’Ordre tient à rappeler que ces mesures exceptionnelles ont pour but de limiter la propagation du virus et que les membres ont l’obligation déontologique d’assurer la qualité et la sécurité des soins dispensés aux clients.

La date de reprise des activités non urgentes en clinique relève du gouvernement et des autorités de santé publique.

En attendant la reprise, l’Ordre demande aux membres de respecter leurs obligations déontologiques et réglementaires en matière de protection du public afin de ne pas exposer la population à un risque de contamination.

Message du président