Ski alpin pour les débutants : 4 conseils pour skier en toute sécurité

Sports |

Ski alpin pour les débutants

Ski alpin pour les débutants

Très populaire au Québec, le ski alpin est un sport qui procure des sensations exaltantes. Cependant, il n’est pas toujours facile pour un débutant d’apprivoiser cette discipline et de dépasser ses peurs. De plus, de nombreuses études prouvent que le manque d’expérience et de technique sont souvent les principales causes de blessures sur les pistes. Pourtant, que vous soyez petit ou grand, il est possible d’apprendre à skier de façon très sécuritaire.

Marie-Josée Morneau est physiothérapeute depuis plus de 20 ans. Passionnée de sport, cette professionnelle connaît bien les enjeux auxquels font face les skieurs débutants. Dans cet article, elle propose quatre conseils pour commencer à pratiquer le ski en toute sécurité et limiter le risque de blessures.

Conseil nº 1 : apprendre avec un moniteur

À première vue, le ski semble un sport facile à pratiquer et à apprendre. Cependant, être un bon skieur demande un apprentissage rigoureux et une bonne technique afin de profiter des pistes, mais également de limiter le risque de blessures. Il est donc fortement recommandé d’apprendre à skier avec un moniteur. En plus d’accélérer votre apprentissage, le moniteur vous inculquera les bonnes techniques et vous permettra de développer un bon contrôle, de bons réflexes et une bonne stabilité tout en améliorant votre position sur vos skis. Vous pourrez alors faire face à de nombreuses situations.

De plus, le moniteur sensibilise à la sécurité ainsi qu’au fonctionnement des pistes, ce qui permet au débutant d’emprunter des pistes adaptées à son niveau et de garder un comportement sécuritaire envers lui-même et les autres skieurs.

Au Québec, l’excellence prime !

Au Canada, afin d’établir un standard d’excellence dans la formation du ski alpin, des niveaux de certification ont été créés pour assurer la qualité des formateurs sur les pistes. Il existe actuellement quatre niveaux. Au Québec, il est intéressant de mentionner que les formateurs du niveau le plus élevé (4) sont très nombreux sur les pistes. Il est donc plus facile d’avoir accès à une formation de qualité sur les pistes québécoises.

 

Conseil nº 2 : faire attention à votre technique

Votre technique de ski est votre meilleure alliée sur les pistes. C’est elle qui vous permettra de prendre de la vitesse, de profiter de la pente, mais surtout d’éviter de vous blesser. En effet, il est reconnu qu’un skieur ayant une bonne technique s’adapte plus facilement à toutes les situations qui se présentent sur les pistes (obstacles, mauvaise qualité des pistes, autre skieur, etc.). Il est donc important d’y prêter une attention particulière et de ne pas hésiter à poser des questions si vous sentez que vous avez des faiblesses ou des difficultés.

Astuce pour le skieur : bien répartir son poids

Une bonne répartition du poids est importante, car elle permet au skieur d’être plus agile sur ses skis. Bien que les skieurs débutants aient tendance à se positionner vers l’arrière, car ils ont l’impression d’avoir un meilleur contrôle et de prendre moins de vitesse, il est recommandé de mettre son poids vers l’avant. Ainsi, le poids est réparti sur l’avant du pied (les orteils) et sur le devant de la botte. Le talon peut alors se déplacer plus facilement puisqu’il supporte peu de poids. Le skieur a donc plus de contrôle et dispose d’une plus grande amplitude de mouvement pour exécuter ses virages.

 

Conseil nº 3 : bien s’équiper dès le début

L’équipement est un aspect primordial pour skier en toute sécurité. Il ne vous viendrait jamais à l’esprit de prendre la route avec une voiture défectueuse et un siège mal ajusté. Eh bien, c’est la même chose pour le ski.

Les skis et les chaussures

Les skis et les bottes doivent toujours être adaptés à votre poids, à votre taille et à votre niveau de ski. De plus, il est également recommandé de faire attention à l’état de votre matériel pour éviter qu’il ne se brise sur les pistes. Il est fortement déconseillé d’emprunter un équipement qui n’a pas été ajusté ni vérifié.

Si vous vous posez des questions sur les skis qui vous correspondent, sachez que chaque marque de ski possède sa propre charte afin de proposer au skieur un matériel adapté à ses besoins. Lorsque vous louez ou achetez des skis, il est important de consulter cette charte afin d’opter pour l’équipement sécuritaire approprié. N’hésitez pas à demander conseil aux vendeurs qui connaissent souvent très bien ces différentes particularités.
> Exemple : la charte de Rossignol pour la dimension des skis

La fréquence d’aiguisage du ski est également très importante puisqu’un ski bien aiguisé sera plus facile à contrôler. De plus, si les parties métalliques des skis ont de grosses encoches, elles seront moins efficaces pour freiner.

Pour savoir si vos skis ont besoin d’être aiguisés, vous pouvez exercer une pression avec votre ongle sur la partie métallique du côté du ski. Si vous avez l’impression d’enlever une fine couche, il est probable que votre ski doit être aiguisé.

Est-ce que le matériel d’occasion est recommandé ?

Il est tout à fait possible d’opter pour un équipement de ski d’occasion. Ce choix permet d’ailleurs au plus grand nombre d’avoir accès à cette activité qui peut s’avérer très dispendieuse. Cependant, votre équipement doit toujours être ajusté à vous. Pour les enfants, même si vous savez qu’ils vont grandir, il est important que l’équipement soit à leur taille et bien ajusté. Vous pouvez aussi opter pour la location d’équipement.

 

Le casque

Bien qu’il ne soit pas obligatoire, le port du casque sur les pistes de ski est fortement recommandé. Grâce à lui, le risque de commotion cérébrale est limité même s’il ne disparaît pas totalement. En effet, les études révèlent que le port du casque réduit de 29 % le risque de lésions graves dues à une chute. Il ne va donc pas empêcher totalement la commotion cérébrale, mais il peut diminuer son importance.

Conseil nº 4 : écouter son corps

Comme dans la majorité des sports, il est important d’écouter son corps quand on est sur les pistes. La fatigue et la déshydratation sont des causes de blessures qui peuvent être évitées si le skieur reste attentif aux signaux de son corps.

Si vous êtes fatigué, n’hésitez pas à vous arrêter. Profitez-en pour boire un peu, vous réchauffer et reprendre des forces. Si après quelques minutes de pause, la fatigue se fait toujours sentir, il est recommandé de vous arrêter afin d’éviter d’augmenter vos risques de blessures et de vous priver d’une journée de ski le lendemain.

En début de saison, il peut également être de mise de commencer par des demi-journées de ski (si possible) afin de limiter la fatigue et de laisser le temps au corps de prendre le rythme.

La physiothérapie : la meilleure alliée du débutant

Le professionnel de la physiothérapie peut vous accompagner à plusieurs moments de votre pratique.

Tout d’abord, il peut vous apporter de précieux conseils avant que vous commenciez à pratiquer cette discipline. En plus de déterminer quelles sont vos faiblesses et de vous aider à les corriger, certains professionnels de la physiothérapie peuvent vous proposer un programme « préski » afin de préparer et de renforcer les muscles qui seront les plus sollicités pendant l’activité. Il s’agira alors de renforcer les muscles des membres inférieurs, mais également les muscles du dos et en particulier du tronc afin d’avoir une base solide pour un meilleur contrôle pendant l’activité. Ce programme permet également de développer une bonne proprioception.

Par la suite, le professionnel de la physiothérapie est une excellente ressource si vous ressentez des douleurs lorsque vous pratiquez le ski. De plus, en cas de blessures, sachez que les traitements de physiothérapie s’avèrent très efficaces, voire incontournables. Le but de la physiothérapie est de maximiser la guérison et la récupération du corps afin de vous préparer à retrouver les pistes. Le professionnel de la physiothérapie établit l’origine des facteurs problématiques (manque d’équilibre, manque de force, faiblesse musculaire, etc.) afin de diminuer leur importance ou de les éliminer.

Vous êtes prêt à vous lancer ? Découvrez les 5 astuces de la physiothérapeute Marie-Josée Morneau que tous les skieurs devraient connaître.

Mme Morneau est physiothérapeute depuis 1996. Avant d’entreprendre sa maîtrise en physiothérapie, elle a suivi un programme en éducation physique (enseignement et encadrement de la promotion de l’activité sportive ainsi que les saines habitudes de vie). Depuis, cette physiothérapeute passionnée de sport encadre et suit plusieurs équipes sportives.

Elle fait également beaucoup d’intervention sportive et côtoie autant une clientèle de haut niveau qu’une clientèle moins avancée. Aujourd’hui, elle est propriétaire et travaille dans sa clinique Action Sport Physio à Boucherville et à Longueuil.

Notons également que Mme Morneau est une athlète de haut niveau qui a défendu les couleurs du Canada aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 en judo. Elle pratique aussi le ski et le snowboard depuis de longues années (plus de 30 ans).


Retour à tous les articles »

Veuillez noter que les informations proposées dans cet article représentent les opinions de professionnels de la physiothérapie reconnus pour leur expérience et leurs compétences dans le domaine. Ces propos ne doivent cependant pas être considérés comme une position officielle de l’Ordre sur un sujet donné.

Si vous souhaitez participer à la réalisation d’un de nos prochains articles de blogue, nous vous invitons à nous écrire à communications@oppq.qc.ca.

Vous pourriez également être intéressé par: