Sexualité et douleurs chroniques : comment la physiothérapie peut-elle vous aider ?

Physiothérapie | Vie quotidienne |

Sexualité et douleurs chroniques

Sexualité et douleurs chroniques – Source de l’image

La sexualité est un sujet parfois tabou qu’il est souvent difficile d’aborder aussi bien avec son entourage qu’avec un professionnel de la santé. Pourtant, cet acte occupe une place importante au sein des relations de couple et fait partie intégrante du quotidien de nombreux individus. 

Bien que souvent associées au plaisir, les relations sexuelles doivent aussi être perçues comme une activité physique puisqu’elles demandent certaines capacités physiques pour être réalisées. C’est pourquoi, lorsqu’une personne souffre de douleurs chroniques, il peut s’avérer difficile de continuer à pratiquer une activité sexuelle normale.

Carole Haworth, physiothérapeute à la clinique antidouleur de l’Hôtel-Dieu du CHUM, travaille fréquemment avec des personnes atteintes de douleurs chroniques afin de les aider à mieux gérer leur mal. Dans cet article, elle traite des impacts que peuvent avoir les douleurs chroniques sur la sexualité et du rôle que peut jouer la physiothérapie dans pareilles circonstances.

Qu’est-ce que la douleur chronique ?

Une douleur qui persiste au-delà du temps de guérison normal, soit plus de trois mois, est généralement catégorisée comme étant une douleur chronique. Plusieurs types de douleurs chroniques existent et certains types étant plus fréquemment observés que d’autres (ex. : douleurs lombaires chroniques).

Plusieurs causes, souvent non identifiées, peuvent être à l’origine du mal. Dans certains cas, une composante physiologique (ex. : sensibilisation du système nerveux central, excitabilité des nerfs, etc.) vient jouer un rôle dans la douleur ressentie.  C’est pourquoi, même lorsqu’une blessure est considérée comme guérie, le cerveau peut continuer d’envoyer un signal de douleur au corps d’une intensité variable, causant une douleur chronique.

L’impact de la douleur chronique sur les relations sexuelles

On le sait, l’activité sexuelle, tout comme l’activité physique en général, exige un minimum d’effort. Si vous souffrez de douleur chronique, cet effort peut entrainer ou augmenter le mal et créer de l’inconfort lors de l’activité sexuelle. On observe différents facteurs liés à la douleur qui peuvent avoir un impact sur la sexualité :

  • La modification des capacités physiques : La douleur chronique peut affecter vos capacités physiques, même au niveau sexuel, de deux façons différentes. Le mal ressenti peut limiter certains mouvements ou encore vous mener à l’inactivité. Ceci peut avoir des répercussions sur vos articulations (qui deviennent plus raides) et vos muscles (qui deviennent plus faibles). Vos capacités physiques seront diminuées et vos mouvements seront plus douloureux. Au final, vous risquez de vous abstenir d’avoir des relations sexuelles pour éviter d’avoir mal.
  • La peur d’avoir mal : La douleur ressentie lors d’un effort physique telle que lors d’une relation sexuelle, peut vous entrainer à avoir peur de bouger, ce qui, au bout du compte vous rendra moins actif sexuellement.
  • La baisse d’énergie et la fatigue : Que ce soit par peur ou simplement à cause de la douleur ressentie, le fait de moins bouger ou encore l’inactivité, entraine un déconditionnement (diminution des capacités physiques). Ce déconditionnement peut entrainer de la fatigue et ainsi diminuer l’énergie lors de l’activité sexuelle et même éteindre votre libido.

Si vous souffrez de douleurs chroniques, le mal peut prendre toute la place dans votre vie, provoquant des tensions dans votre couple et pouvant même conduire à l’isolement.

Vous risquez alors de vous retrouver dans l’une ou l’autre de ces situations et entrer dans ce que l’on appelle une boucle de déconditionnement.

Sexualité et douleurs chroniques : comment la physiothérapie peut-elle m’aider à retrouver une activité sexuelle satisfaisante ?

Le professionnel de la physiothérapie peut vous aider à retrouver ou conserver une activité sexuelle régulière et agréable malgré la douleur. En abordant la problématique avec lui, il sera en mesure de vous aider à identifier la source de votre problème (aspect physique) pour ensuite vous proposer des pistes de solutions personnalisées.

Est-ce que mes problèmes sont dus à la douleur ?

En vous aidant à mieux comprendre votre douleur (ex. : Est-elle augmentée lors de l’activité physique? Si oui, par quels mouvements, quelles positions, etc.? Est-ce la peur de vous blesser qui empêche l’activité?), le professionnel de la physiothérapie vous guidera vers diverses pistes de solution :

  • Mieux planifier votre activité sexuelle : Choisir le bon moment en fonction de votre cycle d’apparition de la douleur (matin, soir, etc.). Ce truc vous aidera à mieux prévoir et conserver vos forces pour cette journée.
  • Contrôler votre douleur : Trouver des moyens pour soulager votre douleur en vous préparant physiquement à l’activité (ex. : application de glace ou de chaleur, ajustement de la température de la pièce, massage, respiration, etc.).
  • Respecter les limites de votre douleur : Reconnaitre vos limites et trouver l’équilibre, car une légère augmentation de la douleur n’est pas nécessairement signe de blessure. Cette prise de conscience vous aidera à diminuer la peur de vous blesser.
  • Favoriser des positions de confort : Privilégier des positions sexuelles qui vous conviennent. Faire l’usage d’accessoires qui vous aideront à vous sentir bien (ex. : oreillers, serviettes, etc.). À cette étape, il est aussi important d’exprimer vos besoins à votre partenaire afin qu’il comprenne votre situation et puisse s’y adapter.

Est-ce que mes problèmes sont dus à la mobilité ?

Après avoir évalué si votre mobilité générale est diminuée ou encore s’il s’agit d’une diminution localisée, le professionnel de la physiothérapie vous recommandera diverses activités de mobilité et d’assouplissement (ex. : exercices de mobilité lombaire, exercices de souplesse lombaire). Ces exercices faciliteront la mobilité nécessaire à vos activités sexuelles.

Est-ce que mes problèmes sont dus à un manque de force ?

Selon l’évaluation de votre condition actuelle, le professionnel de la physiothérapie vous suggèrera un programme d’entrainement spécifique pour accroitre votre force musculaire (ex. : exercices de renforcement/stabilisation lombaire), ce qui vous aidera dans la pratique de vos activités sexuelles. Par exemple, dans le cas de douleurs lombaires, il travaillera à renforcer :

  • Le transverse de l’abdomen : Ce muscle profond des abdominaux aide à la stabilisation de votre région lombaire (bas du dos). Il contribue à diminuer vos douleurs et aide à prévenir de nouveaux épisodes de douleurs lombaires.
  • Le plancher pelvien : Ce muscle stabilisateur du bassin (souvent affaibli à la suite d’un accouchement) contribue à une meilleure stabilisation lombaire et donc un meilleur contrôle de votre douleur.

Est-ce que mes problèmes sont dus à ma condition physique ?

Le professionnel de la physiothérapie peut également vous aider à améliorer votre condition physique (capacité cardiaque, pulmonaire et respiratoire) ce qui aura un impact sur votre endurance lors de l’activité sexuelle. Il vous proposera progressivement différentes activités d’endurance spécifiques à votre niveau de déconditionnement (ex. : marche pour certains, aquaforme ou vélo pour d’autres).

En terminant, selon Carole Haworth « le plus difficile est souvent de faire le premier pas et d’en parler à votre professionnel de la santé ». Une fois cette étape réussie, vous aurez des solutions adaptées à votre situation qui vous permettront de mieux vivre avec la douleur et de mieux la gérer.

Ainsi, vous pourrez reprendre vos activités sexuelles et continuer à pratiquer des activités physiques malgré la douleur. Votre qualité de vie ainsi que celle de votre partenaire en seront grandement améliorées.

Autres références


Retour à tous les articles »

Veuillez noter que les informations proposées dans cet article représentent les opinions de professionnels de la physiothérapie reconnus pour leur expérience et leurs compétences dans le domaine. Ces propos ne doivent cependant pas être considérés comme une position officielle de l’Ordre sur un sujet donné.

Si vous souhaitez participer à la réalisation d’un de nos prochains articles de blogue, nous vous invitons à nous écrire à communications@oppq.qc.ca.

Vous pourriez également être intéressé par:

Problèmes cardiaques et physiothérapie: comment peut-elle vous aider?

Physiothérapie |Santé |

La plupart du temps, lorsqu’on parle de physiothérapie, on pense aux traitements d’une blessure aux articulations ou aux muscles ou encore à la réadaptation à la suite d’un accident grave. Pourtant, la physiothérapie ne fait pas que prendre soin du système musculosquelettique, elle peut également venir en aide au système cardiovasculaire et respiratoire. Stéphanie Grégoire […]

Lire la suite »