Rupture des ligaments croisés : symptômes et facteurs de risque

Physiothérapie | Santé |

Rupture des ligaments croisés : symptômes

Rupture des ligaments croisés : symptômes et facteurs de risque

Un craquement, une douleur vive, un genou qui gonfle rapidement… Il s’agit peut-être d’une rupture des ligaments croisés. Pour bien comprendre cette blessure, Philippe Landry , thérapeute en réadaptation physique, nous prête ses lunettes d’expert du genou et nous propose d’en apprendre plus sur les symptômes et les facteurs de risque.

Qu’est-ce qu’une rupture des ligaments croisés ?

Un peu d’anatomie…

Les ligaments croisés sont 2 ligaments qui se trouvent dans le genou. Le premier est appelé le ligament croisé antérieur et le second le ligament croisé postérieur. Ils sont nommés ainsi parce qu’ils se croisent au centre du genou. Leur rôle est de stabiliser le genou. Ils empêchent les os du genou de glisser d’avant en arrière et ils permettent également de contrôler les torsions du genou afin d’éviter qu’il se torde.

Rupture des ligaments croisés : symptômes schéma

Rupture du ligament croisé antérieur

La rupture partielle ou complète…

La rupture, ou déchirure, des ligaments croisés est une blessure qui peut toucher un seul ligament ou les deux. Lorsque le ou les ligaments touchés ne sont pas déchirés, on dit que l’atteinte est partielle. Si l’un des ligaments est sectionné entièrement, on parle alors de rupture. Un ligament complètement déchiré ne peut plus jouer son rôle de stabilisateur alors qu’un ligament partiellement touché peut encore aider à stabiliser votre genou.

En général, ce sont les ruptures d’un seul ligament qui sont les plus fréquentes. Si toute atteinte aux ligaments croisés peut s’accompagner d’autres problèmes au genou, les ruptures qui touchent les deux ligaments en même temps sont des blessures plus complexes.

Quels sont les symptômes d’une rupture des ligaments croisés ?

Les premiers symptômes…

Une déchirure des ligaments croisés est une blessure traumatique qui n’arrive jamais graduellement. Le traumatisme est immédiat et les symptômes se font sentir tout de suite. Que la blessure se situe sur un ligament ou sur les deux, les symptômes sont similaires au début :

  • Bruit lors de la rupture (craquement).
  • Enflure du genou.
  • Douleur aiguë.
  • Impossibilité de mettre du poids sur le genou et de marcher correctement.
  • Si d’autres ligaments sont impliqués dans la blessure, il est aussi possible de voir apparaître un saignement sous la peau, comme un hématome.

Après le traumatisme…

Lorsque la douleur commence à diminuer et que vous vous sentez capable de remettre du poids sur votre jambe, d’autres symptômes peuvent être observés :

  • Instabilité du genou lorsque vous mettez du poids sur la jambe blessée. Vous avez alors l’impression que le genou n’est pas solide et qu’il peut flancher à tout moment.
  • Difficultés lorsque vous devez faire des changements de direction (torsion du genou). Il est possible de ressentir de l’inconfort dans ces situations.
  • Manque de stabilité sur des surfaces instables telles que le sable ou la glace.

À ce stade, le genou est souvent moins douloureux, mais plutôt inconfortable. Vous pouvez cependant ressentir de la douleur lors de faux mouvements.

Les 5 facteurs qui augmentent vos risques

Les femmes plus touchées que les hommes

Les études démontrent que les femmes sont plus à risque de souffrir d’une déchirure des ligaments croisés. Leur morphologie ainsi que la façon de fonctionner de leur groupe musculaire sont les principaux responsables de cette faiblesse.

Les sports de contact et les sports de sauts

L’un des principaux facteurs de risque de cette blessure vient de l’activité que vous pratiquez. Ainsi les sports comportant beaucoup de sauts, des réceptions au sol, des changements de direction rapides sont des activités plus périlleuses. Ajoutons à cela les sports de contact qui peuvent provoquer des torsions du genou lors des impacts et vous avez une description des sports les plus susceptibles de provoquer une rupture des ligaments croisés. Citons par exemple le basketball, le soccer ou encore le football.

Les mauvaises techniques sportives

Quel que soit le sport pratiqué, la technique du joueur peut également avoir un rôle important dans le risque de blessure. Ainsi, un joueur qui aura une mauvaise technique et un mauvais contrôle pour effectuer son geste sportif est plus à risque de se blesser et de souffrir d’une rupture des ligaments croisés. Il est donc possible de se blesser même lorsqu’on pratique un sport qui n’est pas considéré comme un sport à risque.

À titre d’exemple, une personne qui rentre le genou vers l’intérieur alors que son pied est droit et stable applique une tension sur ses ligaments croisés. Ils sont alors plus à risque de se déchirer.

 

Plusieurs choses peuvent favoriser un mauvais geste sportif :

  • Une faiblesse du fessier et du bassin (instabilité du bassin)
  • Un manque de contrôle de la cheville (instabilité de la cheville)
  • De la fatigue

Le déséquilibre musculaire

Il peut arriver que certains de vos muscles soient plus forts que d’autres, provoquant ce que l’on appelle un déséquilibre musculaire. Ce facteur de risque est plus rare, car il faut un déséquilibre important. On l’observe davantage chez les athlètes de haut niveau qui s’entraînent beaucoup et qui développent des musculatures particulières au sport qu’ils pratiquent.

Une atteinte partielle mal soignée

Si vous avez déjà eu une atteinte partielle à l’un de vos ligaments croisés et que vous n’avez pas suivi votre processus de réadaptation jusqu’au bout ou que votre blessure a été mal soignée, vous êtes plus à risque de subir une rupture des ligaments croisés.

Que faire ?

La première chose à faire lorsque vous ressentez les symptômes d’une rupture des ligaments croisés est de consulter un médecin ou un professionnel de la physiothérapie. Ces professionnels de la santé pourront vous guider dans votre traitement et votre réadaptation. La question d’une intervention chirurgicale se posera également, mais sachez qu’elle n’est pas inévitable et qu’il est possible de retrouver beaucoup de vos capacités avec un traitement sans opération.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le traitement de cette blessure, mais aussi sur la prévention, n’hésitez pas à consulter l’article « Genou et physiothérapie : comment prévenir et traiter une rupture des ligaments croisés ? »

 

Philippe Landry est thérapeute en réadaptation physique depuis 2009. Il commence sa carrière dans un institut de physiatrie, puis en médecine sportive. Par la suite, il s’oriente vers les douleurs chroniques, ce qui le pousse à s’intéresser davantage aux problèmes associés au genou et à développer son expertise en biomécanique du genou. Depuis 2012, il travaille au Centre du genou Équilibre où il traite une clientèle très variée. Il donne également des formations portant sur le genou (arthrose, mécanique, blessures ligamentaires, etc.) à des professionnels de la santé depuis 2015.


Retour à tous les articles »

Veuillez noter que les informations proposées dans cet article représentent les opinions de professionnels de la physiothérapie reconnus pour leur expérience et leurs compétences dans le domaine. Ces propos ne doivent cependant pas être considérés comme une position officielle de l’Ordre sur un sujet donné.

Si vous souhaitez participer à la réalisation d’un de nos prochains articles de blogue, nous vous invitons à nous écrire à communications@oppq.qc.ca.

Vous pourriez également être intéressé par:

Douleurs et inconforts à la suite d’un accouchement : quand et pourquoi consulter un professionnel de la physiothérapie ?

Physiothérapie |Santé |

À la suite d’une grossesse, le corps de la femme est souvent amené à subir divers bouleversements. Les douleurs et les problématiques peuvent toucher différentes régions du corps comme la région du plancher pelvien (exemples : des fuites d’urine, de la douleur lors des relations sexuelles, etc.), la région lombaire et sacrale (exemples : mal de dos, […]

Lire la suite »